Nos regards
Un livre pour se protéger du soleil avant ou après le bain ! Se baigner ou lire… il faut choisir !

> 09 septembre 2017

Un livre pour se protéger du soleil avant ou après le bain ! Se baigner ou lire… il faut choisir ! La pratique du bain est, aux yeux du philosophe Sénèque, un vice à combattre. Plaisir (entendons par ce vocable « ennemi de la vertu ») lénifiant, le bain est condamné, de la même façon que les parfums et les produits de maquillage (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/seneque-l-ennemi-des-cosmetiques-333/).

« De la tranquillité de l’âme » jette une nouvelle pierre en direction des thermes qui ne semblent accueillir que des imbéciles, ignorants. « Chez les hommes les plus paresseux, vous trouverez la collection complète des orateurs et des historiens, et des rayons de tablettes élevés jusqu’aux combles. Aujourd’hui les bains mêmes et les thermes sont garnis d’une bibliothèque : c’est l’ornement obligé de toute maison. Je pardonnerais cette manie, si elle venait d’un excès d’amour pour l’étude ; mais aujourd’hui, on ne se met pas en peine de rechercher les chefs-d’œuvre et les portraits de ces merveilleux et divins esprits que pour en parer les murailles. » (Sénèque, De la tranquillité de l’âme, Librio, 2005, pages 51 à 93).
Sénèque, en parfait stoïcien, combat le luxe et les vices que le bain ne manque pas d’engendrer, selon lui. Il nous renseigne sur les modes « excentriques » alors en vigueur au Ier siècle avant Jésus-Christ. On connaissait le goût des Romains pour la pratique du bain, on apprend, grâce à Sénèque, que ce goût se doublait d’un amour du luxe et des objets précieux, les livres, en particulier…

Il faut bien reconnaître que la notion de salle de bains–bibliothèque étonne de nos jours plus d’un bibliophile qui connaît les ravages occasionnés par l’humidité sur les précieux ouvrages.
Si chanter sous la douche constitue toujours un moyen de se réveiller dans les meilleures conditions, lire dans son bain ne doit pas être fréquent, même chez les lecteurs les plus assidus...

« Qu’on se borne donc à acheter des livres pour son usage, et non pour en faire étalage. » est la conclusion qui s’impose !

Un très jeune lecteur de Sénèque qui se reconnaîtra nous souffle, malicieusement, une autre façon d’utiliser un livre, après ou avant le bain (de mer) … il s’agit de s’en servir d’écran vis-à-vis du soleil ! Merci à lui d’avoir permis l’illustration de ce Regard !






Retour aux regards