Nos regards
Réponse à La dépêche : non, les ingrédients cosmétiques ne sont pas des armes chimiques !

> 23 février 2018

Réponse à La dépêche : non, les ingrédients cosmétiques ne sont pas des armes chimiques ! Dans la catégorie « fake news » : « Cosmétiques, huit familles d’ingrédients à fuir » (https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/19/2745624-cosmetiques-8-familles-d-ingredients-a-fuir.html) ; un titre qui fait froid dans le dos ! Un titre que l’on connaît bien en ces temps d’obscurantisme où les ingrédients cosmétiques semblent être devenus de véritables armes chimiques.

Nous répondrons point par point à cet article truffé d’erreurs, des erreurs savamment distillées au fil des articles et chroniques et qui s’insinuent progressivement dans le cerveau du consommateur et y laissent une trace indélébile !

Les parfums de synthèse : on le sait les parfums peuvent être sources d’allergènes. Pour l’instant, une vingtaine d’entre eux doivent figurer sur les emballages. Que le parfum soit naturel ou de synthèse, on peut lui reprocher souvent un effet allergisant. Le risque zéro n’existe pas. C’est pourquoi nous signalons toujours les produits cosmétiques qui en contiennent, afin que tous les sujets sensibles (atopiques, patients atteints de pathologies lourdes…) s’en prémunissent. Pour les autres… le parfum reste l’ingrédient-plaisir des cosmétiques…

Ce n’est pas parce que l’on ne digère pas les tripes ou la tête de veau sauce gribiche que l’on doit en dégoûter les autres !

Les silicones : on sait que les silicones sont les ingrédients de choix pour les cosmétiques destinés aux sujets acnéiques. Ces matières premières non occlusives (non comédogènes) constituent le meilleur excipient qui soit pour formuler des crèmes légères, bien tolérées. Que l’ingrédient finisse en « one », « ane », « thicone », « thiconol », « siloxane » ou « silane »… cela ne pose aucun souci. Au fait, acétone finit bien en « one »… mais n’est pas une silicone ! Au fait chitosane finit bien en « ane », mais n’est pas non plus une silicone… Décidément les ingrédients cosmétiques sont des farceurs avec leur terminaison qui prête à confusion !

Les sulfates : marre de la mention « Sans sulfate », c’est le Regard d’hier (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/marre-de-cette-mention-la-512/). Oui, nous en avons marre de cette mention qui ne veut rien dire. Au passage, le laurethsulfate de sodium n’est absolument pas un allergène !

Les parabens : leur caractère perturbateur endocrinien est pointé du doigt. Lorsque l’on sait que cet effet est nettement moindre que celui du soja… on relativise ! Et oui, la nature est bourrée de « perturbateurs endocriniens » ; les plantes constituent même l’une des principales sources !

Les huiles minérales : non, ces ingrédients ne sont pas cancérigènes… et constituent les ingrédients de choix pour la formulation de crèmes barrière (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/de-la-vaseline-pour-gagner-les-jo-501/) et de sticks labiaux (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/des-deputes-qui-ne-doivent-pas-etre-constipes-pour-une-loi-qui-sera-vite-enterree-442/), très adaptés au climat hivernal, particulièrement quand il est rigoureux comme en ce moment.

Les dérivés de matière plastique : sont improprement classés dans cette catégorie des humectants tels que les PEG ou les PPG (dits irritants ou allergisants). Les PEG et les PPG sont des polymères de synthèse parfaitement inoffensifs, très utiles pour éviter le dessèchement des formules et de la peau… On les retrouve également dans les médicaments topiques ! Il ne faut pas s’en priver !

Les alcools : sont mis dans le même panier l’alcool (ou éthanol) (nom INCI : alcohol), ingrédient dont la place est dans l’armoire à pharmacie et non dans la trousse à cosmétiques et les alcools gras (alcools stéarique, cétylique…) à caractère émollient. Quand on commence à avoir peur du suif…

Les ingrédients contenant des chiffres et les acronymes : Colorants, Quaternium-15 (un générateur de formol) et EDTA sont mis dans le même sac. Les colorants appartiennent à des familles très variées et ne peuvent, bien évidemment, être jugés en bloc. Quant à l’EDTA il s’agit d’un séquestrant parfaitement sûr pour la santé (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/pas-de-danger-avec-l-edta-continuons-d-utiliser-sans-complexe-appreciez-le-jeu-de-mots-les-cosmetiques-qui-en-contiennent-165/) !

Il n’est pas bon de crier au loup à tort et à travers… Arrêtons ces sujets alarmistes et la propagation d’informations erronées et laissons place à une vraie réflexion concernant la formulation de ces produits du quotidien !

Non, les cosmétiques ne sont pas des armes fatales qui nuisent à la santé !

Oui, les cosmétiques nuisent gravement à la saleté, aux odeurs corporelles, à la sécheresse cutanée, aux effets du temps sur la peau…






Retour aux regards