Nos regards
L’Oréal versus Farma-Derma, le combat pour la cicatrisation : (encore et toujours) un seul gagnant !

> 23 février 2018

L’Oréal versus Farma-Derma, le combat pour la cicatrisation : (encore et toujours) un seul gagnant ! Comme l’avons constaté dans les Regards précédents consacrés aux produits cosmétiques à visée « cicatrisante » (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/genevrier-versus-pierre-fabre-le-combat-pour-la-cicatrisation-un-seul-gagnant-506/; https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/bayer-versus-la-roche-posay-le-combat-pour-la-cicatrisation-a-nouveau-un-seul-gagnant-510/; https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/bayer-versus-bioderma-le-combat-pour-la-cicatrisation-encore-un-seul-gagnant-511/), les stratégies mises en œuvre pour favoriser le phénomène de cicatrisation sont variées. Les actifs les plus fréquemment rencontrés sont l’acide hyaluronique, le panthénol, les extraits d’hydrocotyle… le tout incorporé dans un excipient formant barrière. Les dérivés de la chimie des pétroles, tant décriés par certains, prennent, ici, toute leur valeur, en créant un véritable pansement sur la peau. Pour notre part, nous les défendons farouchement et nous souhaiterions que de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer le procès inique qui leur est fait depuis quelques années. Corps gras végétaux et dérivés de silicone constituent également d’excellents excipients.

Aujourd’hui, nous allons comparer un cosmétique de la gamme Mixa et un dispositif médical fabriqué par le laboratoire Farma-Derma.

D’un côté Cica-Crème, une émulsion qui renferme une grande proportion de silicone, mais également du beurre de karité (hydratant, émollient), de la glycérine, du butylène glycol, du propanediol (tous trois humectants)… Les tensioactifs choisis (cetyl PEG/PPG 10/1 dimethicone, polyglyceryl-4 isostearate) ne sont pas irritants. Le panthénol est choisi comme actif cicatrisant… On regrette la présence d’alcool, retrouvé toutefois en fin de liste des ingrédients ; nous sommes donc incitées à la clémence ! Tant qu’à rester dans cette gamme, on préférera la crème Cica mains, à base de panthénol également, mais qui ne contient pas d’alcool du tout (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/les-cremes-mains-font-leur-festival-40-produits-sous-notre-microscope-428/).

De l’autre, un dispositif médical qui se présente sous la forme d’une émulsion constituée d’eau, de paraffine liquide, occlusive qui crée sur la peau un film protecteur, d’un mélange d’alcools gras (alcools cétylique et stéarylique) à propriétés émollientes, de glycérine et de sorbitol (humectants) et de tensioactifs éthoxylés. Le sel de sodium de l’acide hyaluronique est l’actif cicatrisant choisi. Tout serait parfait s’il n’y avait ce générateur de formol (l’imidazolidinyl urée), que l’on n’apprécie ni dans les cosmétiques, ni dans les médicaments, ni dans les dispositifs médicaux. Ce conservateur est associé ici au digluconate de chlorhexidine, un conservateur qui commence à faire parler de lui du fait de son caractère allergisant…

Entre un cosmétique qui contient un peu (très peu) d’alcool et un dispositif médical qui contient un générateur de formol et un sel de chlorhexidine… nous voyons les plateaux de la balance pencher une fois encore en faveur du cosmétique.

Cica-crème réparatrice Zones fragilisées : Aqua, dimethicone, hydrogenated polyisobutene, butyrospermum parkii butter, glycerin, butylene glycol, propanediol, cetyl PEG/PPG 10/1 dimethicone, aluminum starch octenylsuccinate, helianthus annuus seed oil, trihydroxystearin, polyglyceryl-4 isostearate, alcohol, BHT, caprylyl glycol, citric acid, disodium EDTA, magnesium sulfate, panthenol, pentaerythrityl tetra di T butyl hydroxycionnamate, phenoxyethanol, ribes nigrum oil, rosa canina fruit oil, sodium phytate, tocopherol.

Cicatridine crème à l’acide hyaluronique : Eau, paraffine liquide, alcool cétylique-stéarylique, huile d'amande douce, polyoxyéthylène éther (2) stéarylique, polyoxyéthylène éther (21) stéarylique, glycérine, sorbitol, huile de silicone, digluconate de chlorhexidine, imidazolidinylurée, acide hyaluronique sel sodique, sel bisodique d'EDTA, BHT (hydroxytoluène butyle).






Retour aux regards