Nos regards
Le spray Mimitika 50, une silicone volatile à déplorer, une photo-labilité à faire peur !

> 22 juin 2018

Le spray Mimitika 50, une silicone volatile à déplorer, une photo-labilité à faire peur ! L’année dernière, nous nous étions intéressées à un produit solaire qui semblait être sponsorisé par le président de la république lui-même (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/mimitika-la-creme-solaire-du-president-alors-info-ou-intox-277/). Ce produit ne nous ayant pas donné satisfaction, nous lui donnons une seconde chance cette année…

Sur les rayons de certaines grandes surfaces (Monoprix par exemple) on peut voir s’aligner les quelques produits de la gamme Mimitika. Nous ne reviendrons pas sur le produit conditionné en pot étudié par nos soins l’année dernière car sa composition n’a pas varié. Nous le déconseillons donc toujours.

Nous nous pencherons cette saison sur le spray protecteur corps « pour amoureux du soleil – for sun lovers ». Cette mention ne manquera pas de nous irriter, à nouveau, au passage… Tout produit solaire se doit de véhiculer des messages de prévention et non une incitation à ce qui peut être qualifié d’addiction.

Du point de vue des ingrédients, l’analyse de la liste des ingrédients nous révèle la présence de 2 filtres UVB (ethylhexyl methoxycinnamate et ethylhexyl triazone) et d’un filtre UVA (butylmethoxydibenzoylmethane). Vient ensuite la cyclométhicone, un ingrédient qui correspond à un mélange de siloxanes cycliques de bas poids moléculaires. Les trois molécules principales sont l’octaméthylcyclotétrasiloxane (D4), la décaméthylcyclopentasiloxane (D5) et la dodécaméthylcyclohexasiloxane (D6), en proportions variables (http://ec.europa.eu/growth/tools-databases/cosing/index.cfm?fuseaction=search.details_v2&id=33101). Rappelons à ce sujet que l’incorporation de ce type d’ingrédient n’est pas jugée sûr d’un point de vue toxicologique dans le cas des formes sprayables ce qui est le cas ici. Il conviendra donc d’éliminer la cyclométhicone de ce spray (https://ec.europa.eu/health/scientific_committees/consumer_safety/docs/sccs_o_174.pdf) ou de le conditionner dans un autre type d’emballage.

Du point de vue des résultats obtenus dans notre laboratoire, on observe un progrès par rapport aux résultats obtenus l’an dernier, ce qui prouve la bonne volonté de cette société qui a pris en compte nos remarques. Un SPF de 60 (en accord avec un affichage 50+) et un Facteur de protection UVA de 25 sont ainsi obtenus. La perte d’efficacité après 2 bains successifs de 20 minutes chacun n’est que de 7 %, ce qui remarquable. Ce qui est remarquable également c’est la piètre photo-stabilité de ce produit solaire qui perd 76 % de son efficacité après deux heures d’irradiation dans un simulateur solaire.

En conclusion, on notera des progrès par rapport à 2017. Le produit n’est toutefois pas satisfaisant du point de vue toxicologique (présence de cyclométhicone dans une forme sprayable) ; il n’est pas, non plus, satisfaisant du point de vue de sa photo-stabilité. Un produit qui perd les trois quarts de son efficacité en 2 heures mérite que l’on se penche à nouveau sur sa composition. Un petit tour au laboratoire de formulation s’impose à nouveau !

Spray Mimitika 50 : Aqua, ethylhexyl methoxycinnamate, ethylhexyl triazone, butyl methoxydibenzoylmethane, cyclopentasiloxane, ethylhexyl stearate, polyglyceryl-6 stearate, parfum, helianthus annuus seed oil, glycerin, sorbitan oleate, tocopherol, beta-sitosterol, squalene, hydrolyzed algin, decyl glucoside, caprylyl glycol, magnesium sulfate, manganese sulfate, hydrated silica, polysorbate-80, dehydroacetic acid, cetyl palmitate, polyglyceryl-6 behenate, isohexadecane, glyceryl stearate, behenyl alcohol, sodium acrylate/sodium acryloyldimethyl taurate copolymer, dimethicone, benzyl alcohol, BHT, polysilicone-11, butylene glycol.

Un grand merci à Mme Eva Paparis pour les tests réalisés.






Retour aux regards