Nos regards
La betterave, du carburant au blush, en passant par le bortsch !

> 14 mars 2018

La betterave, du carburant au blush, en passant par le bortsch !

De nos jours, la racine de betterave est très appréciée des blogueuses beauté. Réduite en poudre après obtention de chips pour réaliser un blush maison tout ce qu’il y a de plus naturel,1 mélangée à de la cire, du beurre, de l’huile et des épices (cannelle…) afin de mettre au point un rouge à lèvres sur-mesure qui n’est pas celui de Madame Tout-le-monde,2 mixée avec des carottes, des pommes cuites et du jus de citron pour mettre au point un masque « Bonne mine »,3 additionnée de glycérine pour obtenir un gloss-minute4 ou un blush5 fait en un temps record... la betterave est capable de tout ! Les recettes de cosmétiques-maison à base de betterave se bousculent sur la toile.

Aromazone ne boude pas non plus cet ingrédient et nous propose un jus de betterave, acidifié à l’aide du jus de citron, afin de préserver la couleur de l’oxydation.6 Est-il nécessaire de rappeler que le jus de citron possède un pouvoir photosensibilisant et qu’il n’est absolument pas recommandé de s’exposer au soleil lorsque l’on vient de s’enduire d’une préparation en contenant ? Que l’on s’appelle Napoléon ou Emma Bovary,7,8 que l’on soit garçon de café ou simplement imprudent,9 les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, on se tiendra bien loin des membres de la famille des hespéridées, dès lors que l’on s’expose au rayonnement UV !

La betterave est une plante originaire d’Afrique du nord. Elle n’y est toutefois pas restée et s’est répandue dans le monde entier, appréciant tout particulièrement les climats tempérés. Déjà mille ans avant J.-C., les Romains consommaient les feuilles et réservaient la racine de la plante pour un usage médicinal. Cette racine sera, par la suite, consommée un peu partout dans le monde et constituera l’ingrédient de base de certaines spécialités culinaires locales, comme par exemple, le bortsch, une soupe de texture épaisse, appréciée dans les pays de l’Est. Utilisée pour ses qualités nutritives ou pour conférer une belle couleur rouge à différents mets (sauce tomate, gelées, desserts, glaces…) ou friandises qui en contiennent, la betterave est le végétal à tout faire. Elle se glisse dans le thé pour l’aromatiser, s’immisce dans le domaine des compléments alimentaires pour avoir une santé de fer, se combine à la farine pour donner au pain une couleur peu habituelle… La pulpe de betterave a même été testée, il y a quelques années, comme additif pour favoriser le délitement des comprimés.10

Le XIXe siècle est un siècle important dans l’histoire dans ce végétal… C’est à partir de ce moment-là que l’on extrait le sucre de la betterave qui est dite « sucrière ».11

Du sucre à l’éthanol, il n’y a qu’un pas… L’alcool végétal, cher à l’industrie biologique, provient, entre autres, de ce procédé de fermentation. En ce qui nous concerne, nous préférons l’alcool dans l’armoire à pharmacie ou dans les verres à cocktail (avec modération, toutefois) et aimerions que cet ingrédient soit moins présent dans le domaine cosmétique.

Pour expliquer la popularité de ce que certains appellent un super-aliment il faut dire que la racine de betterave est riche en caroténoïdes, en flavonoïdes, en bétalaïnes, des colorants qui, outre leurs propriétés tinctoriales, sont caractérisés par un fort pouvoir antioxydant. De là à présenter la betterave comme une source de molécules anti-cancer fabuleuses… il n’y a qu’un pas, que certains franchissent allègrement !

Le seul problème est lié au fait que cette famille de colorants est très sensible à la lumière, à la chaleur et à l’oxydation,12 ce qui exige un certain nombre de précautions si l’on souhaite préserver les qualités du produit en contenant, au cours du temps. C’est pour cette raison que, bien que listé dans l’Annexe IV (Liste des colorants que peuvent contenir les produits cosmétiques) du Règlement (CE) N°1223/2009, au numéro d’ordre 148, le rouge de betterave ou bétanine n’est que fort peu exploité dans le domaine cosmétique.

Réservons donc la betterave pour réaliser des verrines (celle qui illustre ce Regard est composée d’un fromage frais type Petit Billy, d’un fromage blanc 0 %, d’une pincée de sel et de poivre et d’une petite betterave) ou tout autre plat…

Rêvons au temps où nous pourrons tous nous déplacer grâce au jus de betterave… mais laissons l’industrie nous concocter des rouges à lèvres, des fards à joues, des masques dignes de ce nom formulés avec des colorants de synthèse caractérisés par une grande stabilité !

Bibliographie

1 http://www.lookdujour.ca/la-trousse/trucs-diy/blush-ombre-paupieres-colorant-levres-bettraves-sechees-1.1658408

http://eva-cosmetique-bio.com/rouge-a-levre-naturel

3 https://livretsante.com/femme/10masques-cosmetiques-naturels

http://avellana.fr/gloss-baume-blush-betterave

http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/34476/10-aliments-parfaits-vos-soins-cosmetiques

https://www.aroma-zone.com/info/fiche-technique/colorant-vegetal-jus-de-betterave-bio-aroma-zone

https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/l-eau-de-cologne-d-ici-ou-d-ailleurs-175/

https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/emma-bovary-une-accro-aux-cosmetiques-377/

https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/soleil-et-parfums-ne-font-pas-bon-menage-288/

10 Ram Bablu, Malviya Rishabha, Bansal Mayank, Sharma Pramod Kumar, Preparation and characterization of Beta vulgaris pulp powder as a pharmaceutical excipient, Pharmacognosy Journal, 2, 11, 2010, 395-399

11 Paolino Ninfali, Donato Angelino, Nutritional and functional potential of Beta vulgaris cicla and rubra, Fitoterapia, 89, 2013, 188-199

12 Oana-Viorela Nistor, Liliana Seremet (Ceclu), Doina Georgeta Andronoiu, Ludmila Rudi, Elisabeta Botez, Influence of different drying methods on the physicochemical properties of red beetroot (Beta vulgaris L. var. Cylindra), Food Chemistry, 236, 2017, 59-67

 






Retour aux regards