Nos regards
Jeanne Piaubert, peau d’ange ou part des anges ?

> 10 septembre 2018

Jeanne Piaubert, peau d’ange ou part des anges ? Jeanne Piaubert est bien connue pour chasser la peau d’orange et pour remodeler le corps féminin. Fesses et seins sont les cibles privilégiées de cette marque née dans les années 1930. Jeanne Piaubert dit « non » à la fatalité. Forte de sa formation de kinésithérapeute, elle va mettre au point « une méthode » basée sur la réalisation de massages et sur l’électrothérapie afin de rééduquer un corps qui sort à peine du carcan du corset (http://www.jeannepiaubert.com/Histoire-La-marque/p/3/62/0/). La femme-diabolo ou sculptée en forme de 8 (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/-a-bas-le-corset-vive-la-creme-amincissante-281/) va devoir sculpter ses abdominaux, lisser sa peau d’orange, amincir ses bourrelets disgracieux... dès lors qu’elle va vouloir exposer son corps aux yeux des curieux lors d’expositions solaires prolongées !

Contrairement à la méthode de Descartes, Jeanne Piaubert ne pratique ni l’ascèse, ni le doute systématique, ni encore la prudence (Les trois moments moraux du Discours de la Méthode, Projet de vie, morale de la recherche et morale par provision, Revue Philosophique de Louvain, 1975, 20, 607-627) pour arriver à ses fins. Point d’ascèse pour celle qui voue au corps un véritable culte, point de doute pour celle qui croit dur comme fer à sa technique formidable, point de prudence (ou de pruderie) chez celle qui place le corps de la femme en son plus simple appareil au centre de ses affiches.

Jeanne Piaubert a une obsession : la minceur et la douceur. « Pour avoir un corps mince il faut le vouloir et il faut agir » ! « Et s’il existait une vraie méthode pour la douceur du corps ! ».

Aujourd’hui, nous allons suivre Jeanne Piaubert sur les chemins de la douceur, une douceur toute relative quand même, comme nous allons le constater.

Sa crème onctueuse hydratante est une émulsion qui place l’alcool en troisième position de ses ingrédients ! La présence de cire de grains d’orges (spent grain wax) qui ne sont pas de la première jeunesse (ces grains sont les sous-produits de l’industrie de la bière) nous ramène encore au comptoir. C’est dommage le reste de la formule était correct à quelques allergènes près...

Un conseil, cette crème onctueuse peau d’ange mériterait d’être rebaptisée « part des anges » au regard de la quantité d’alcool ingurgitée par les séraphins. Un peu de sobriété serait de bon ton !

Crème onctueuse hydratante et ressourçante corps : WATER/AQUA, ISOPROPYL PALMITATE, ALCOHOL DENAT, CAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE, ISOPENTYLDIOL, SORBITAN STEARATE, TAPIOCA STARCH, CETEH-20, PROPYLENE GLYCOL, PHENOXYETHANOL, SORBITOL, PHENYL TRIMETHICONE, ACRYLATES/C10-30 ALKYL ACRYLATE CROSSPOLYMER, CETYL ALCOHOL, XANTHAN GUM, BUTYROSPERMUM PARKII (SHEA) BUTTER EXTRACT/BUTYROSPERMUM PARKII BUTTER EXTRACT, TRIETHANOLAMINE, CHLORPHENESIN, SODIUM BENZOATE, TOCOPHERYL ACETATE, FRAGRANCE/PARFUM, SACCHARIDE ISOMERATE, GLYCERIN, ARGANIA SPINOSA KERNEL OIL, POLYMETHYLSILSESQUIOXANE, HYDROLYZED SERICIN, SPENT GRAIN WAX, TETRASODIUM EDTA, CITRIC ACID, SODIUM HYDROXIDE, SODIUM CITRATE, TOCOPHEROL, ETHYLHEXYLGLYCERIN, BENZYL SALICYLATE, ALPHA-ISOMETHYL IONONE, CITRONELLOL, HEXYL CINNAMAL.






Retour aux regards