Nos regards
Eucerin sait très bien parler aux rougeurs cutanées

> 08 février 2018

Eucerin sait très bien parler aux rougeurs cutanées Lorsqu’Eucerin nous parle « rougeur cutanée », il n’est pas question d’évoquer la rosacée. Ce nom n’apparaît d’ailleurs pas sur le site de la marque. La personne ciblée ici est une personne qui possède une peau « hypersensible », réactive… On pourrait dire, familièrement, qu’il s’agit d’une peau qui rougit d’un rien. Les causes indiquées pour cet état sont : « une fonction défectueuse de la barrière de la peau » et « une hyper-réactivité des fibres sensorielles ». Cet état devra donc être distingué de la pathologie que nous avons décrite dans un Regard qui lui était consacrée, à savoir la rosacée (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-rosacee-un-nom-plein-de-promesses-pour-une-affection-dermatologique-bien-desagreable-488/).

Le dermatologue Laurent Misery, qui connaît bien ce type de peau et étudie les facteurs qui ont leur part de responsabilité dans la survenue de cet état, nous rapporte, dans une publication toute récente, la définition donnée par l’International Forum for the Study of Itch. Une peau sensible est une « peau qui réagit de manière exagérée (sensations de piqûres, de brûlures, de douleurs, prurit et sensation de fourmillement) à un certain nombre de stimuli qui, dans les conditions normales, ne devraient pas provoquer de telles sensations. Ces sensations désagréables ne peuvent pas être expliquées par des lésions attribuables à une quelconque dermatose. La peau peut sembler tout à fait normale ou bien être le siège d'un érythème. Ceci pourra être observé au niveau de l’ensemble du corps avec une prédilection toute particulière pour le visage. » Les personnes qui se plaignent d’une sensibilité cutanée exacerbée sont souvent cataloguées, à tort, comme souffrant de troubles psychiatriques.

Comme nous l’avons déjà indiqué, qui dit peau sensible, dit stimulus voire stimuli (car les facteurs déclenchants peuvent bien évidemment s’associer entre eux). Parmi ces stimuli, on trouvera des facteurs environnementaux (UV, chaleur, vent…), des facteurs psychologiques (le stress, par exemple) et des facteurs hormonaux (liés au cycle menstruel). Le temps de latence entre l’exposition à un stimulus et le déclenchement des symptômes est de l’ordre d’une heure. Les sensations désagréables peuvent durer de quelques minutes à quelques heures.

Le diagnostic de ce qui n’est pas vraiment une pathologie est effectué par un dermatologue qui dispose de tests (examen cutané suite à l’application d’acide lactique, de capsaïcine ou de diméthylsulfoxide ou questionnaire en 10 points) pour évaluer la sensibilité de son patient.

En ce qui concerne la prévalence, elle est difficile à évaluer puisque cette sensibilité cutanée n’est prise en compte que depuis fort peu de temps. A la question « Avez-vous la peau sensible ? » La réponse était souvent non, jusqu’à une période très récente, car cette notion de peau sensible est peu connue du grand public. On estime pourtant à 40% la prévalence de ce syndrome, dans le monde entier.

Comme cause de cette hypersensibilité, on a avancé les hypothèses d’une altération de la fonction barrière de la peau et d’une modification du microbiote. Si la première hypothèse est confirmée, la seconde, en revanche, ne l’est pas. L’élément important à prendre en compte est un dysfonctionnement neurosensoriel cutané (Laurent Misery, Neuropsychiatric factors in sensitive skin, Clinics in Dermatology, 35, 3, 2017, 281-284).

La peau hypersensible est, en résumé, une peau qui présente un système neurosensoriel hyperactif. Celui-ci réagit de manière exagérée à des stimuli considérés comme anodins pour la grande majorité de la population.

Pour ces raisons, les cosmétiques destinés aux peaux sensibles devront être formulés avec le plus grand soin. Les ingrédients irritants seront, bien évidemment, à exclure.

Le cosmétique est considéré comme un ennemi par le sujet à peau sensible ; le cosmétologue aura pour mission de réconcilier le sujet à peau sensible avec les cosmétiques que celui-ci emploie au quotidien.

Eucerin a développé une gamme de cosmétiques permettant de répondre aux besoins des peaux sensibles.

Un actif-phare, le 4-t-butylcyclohexanol, est présent dans toutes les références de la gamme. On ne trouve que fort peu d’articles scientifiques concernant le profil toxicologique de cet ingrédient. Une publication datant de 2007 fait état du caractère oestrogénique de cette molécule. L’étude a été réalisée sur la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss). Par rapport à la molécule de référence, le 17 béta-estradiol, le 4-t-butylcyclohexanol s’avère 250 000 fois moins oestrogénique, ce qui incite fortement à relativiser la portée de l’information (Tollefsen KE., Binding of alkylphenols and alkylated non-phenolics to the rainbow trout (Oncorhynchus mykiss) plasma sex steroid-binding protein. Ecotoxicol Environ Saf. 2007, 68, 1, 40-48).

L’association de 4-t-butylcyclohexanol (un antagoniste du thermorécepteur TRPV1) et d’un extrait de réglisse, à effet anti-inflammatoire, est indiquée dans le cas de la prise en charge de la peau « hypersensible » (Sulzberger M, Worthmann AC, Holtzmann U, Buck B, Jung KA, Schoelermann AM, Rippke F, Stäb F, Wenck H, Neufang G, Grönniger E., Effective treatment for sensitive skin: 4-t-butylcyclohexanol and licochalcone A. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2016, 30, 1, 9-17).

Tolérance et efficacité ont été démontrées tout récemment par des dermatologues serbes et croates, au cours d’une étude réalisée sur un échantillon de 1221 volontaires, souffrant de peau hypersensible ou de rosacée (Jovanovic Z, Angabini N, Ehlen S, Mokos ZB, Subotic M, Neufang G., Efficacy and Tolerability of a Cosmetic Skin Care Product With Trans-4-t-butylcyclohexanol and Licochalcone A in Subjects With Sensitive Skin Prone to Redness and Rosacea., J Drugs Dermatol. 2017, 1, 16, 6, 605-610). Notons, quand même, au passage, que cette étude était sponsorisée par le groupe Beiersdorf dont dépend la gamme Eucerin...

Côté actifs, il apparaît que les ingrédients choisis le sont avec pertinence. Côté excipient rien à redire non plus. Un conditionnement permettant de limiter le risque de contamination microbienne permet de s’abstenir de l’usage de conservateurs, tant antimicrobiens, qu’antioxydants.

La lotion nettoyante est extrêmement douce ; elle ne renferme aucun tensioactif irritant. Les soins apaisants sont formulés, là encore, pour un maximum de douceur.

Le soin de jour correcteur SPF 25 attire notre attention et nous amène à une conclusion du même type que celle que nous avions faite dans le cas des produits Bioderma (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/cosmetiques-ar-tel-est-leur-nom-de-code-493/) et la Roche-Posay (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/rosacee-et-la-roche-posay-separons-le-bon-grain-de-l-ivraie-494/). Appliquer un produit de protection solaire au quotidien n’est pas judicieux et ce d’autant plus qu’un certain nombre de filtres UV (dont l’octocrylène) sont reconnus comme étant susceptibles de provoquer des réactions allergiques.

A la question : « Miroir, mon beau miroir, dis-moi quel soin anti-rougeur choisir ? » Le miroir répondra sûrement « Lotion nettoyante et soin apaisant Eucerin, mon enfant ! En revanche, oublie le soin SPF 25 !

UltraSENSIBLE Lotion Nettoyante : Aqua, Caprylic/Capric Triglyceride, Isopropyl Palmitate, Glycerin, Pentylene Glycol, Methylpropanediol, Cetyl Alcohol, 4-t-Butylcyclohexanol (Trans-Isomer), Arginine HCL, Sodium Acrylates/C10-30 Alkyl Acrylate Crosspolymer, Sodium Carbomer, Caprylyl Glycol.

AntiROUGEURS soin de jour correcteur SPF 25 : Aqua, Glycerin, Homosalate, Octocrylene, Butyl Methoxydibenzoylmethane, Ethylhexyl Salicylate, Pentylene Glycol, Methylpropanediol, Butyrospermum Parkii Butter, Cetearyl Alcohol, Bis-Ethylhexyloxyphenol Methoxyphenyl Triazine, 4-t-Butylcyclohexanol (Trans-Isomer), Glycyrrhiza Inflata Root Extract, Xanthan Gum, Sodium Acrylates/C10-30 Alkyl Acrylate Crosspolymer, Potassium Cetyl Phosphate, Trisodium EDTA, Dimethicone, Caprylyl Glycol, CI 77891, CI 77288.

AntiROUGEURS soin apaisant : Aqua, Glycerin, Panthenol, Butyrospermum Parkii Butter, Cetyl Palmitate, Methyl Palmitate, Olus Oil, Pentylene Glycol, Methylpropanediol, Sodium Polyacrylate, 4-t-Butylcyclohexanol (Trans-Isomer), Glycyrrhiza Inflata Root Extract, Caprylyl Glycol.

UltraSENSIBLE Soin Apaisant Peau Sèche : Aqua, Glycerin, Butyrospermum Parkii Butter, Panthenol, Cetyl Palmitate, Methyl Palmitate, Olus Oil, Pentylene Glycol, Methylpropanediol, Sodium Polyacrylate, Arginine HCL, 4-t-Butylcyclohexanol (Trans-Isomer), Caprylyl Glycol.

UltraSENSIBLE Soin Apaisant Peau Normale à Mixte : Aqua, Squalane, Glycerin, Pentylene Glycol, Methylpropanediol, Arginine HCL, Cetearyl Alcohol, 4-t-Butylcyclohexanol (Trans-Isomer), Ammonium Acryloyldimethyltaurate/VP Copolymer, Sodium Carbomer, Caprylyl Glycol.


















Retour aux regards