Nos regards
Crème fraîche de beauté Nuxe, on préférerait une version allégée !

> 23 juin 2018

Crème fraîche de beauté Nuxe, on préférerait une version allégée ! On peut travailler à Bali et rester fidèle à ses enseignantes nantaises, c’est ce que nous prouvent les échanges que nous avons actuellement avec Mathilde Munier. On peut obtenir un Master 2 Développement et Contrôle des produits de santé – parcours Cosmétologie, puis soutenir une Thèse de Doctorat sur une algue rouge au nom d’opérette, Grateloupia turuturu, en pays breton et s’installer à l’autre bout du monde pour le compte d’une association qui se soucie de l’avenir de notre planète, The Climate foundation pour ne pas la citer.

On peut s’éloigner de la faculté de pharmacie de Nantes, de son laboratoire de pharmacie industrielle et cosmétologie (si, si, c’est possible), on finit toujours par y revenir… et par poser une question ou une autre à ses enseignantes.

C’est ce qu’a fait Mathilde au sujet de la Crème fraîche de beauté Nuxe. Quelle est notre opinion à son sujet ?

Mathilde nous connaît bien et pressent déjà la réponse. Cette crème dite fraîche est une émulsion qui regorge d’ingrédients hydratants et émollients. Les humectants, ces molécules hygroscopiques qui retiennent l’eau dans le pot et dans la peau, sont bien représentées. La glycérine est en tête de liste. Elle est accompagnée, en fin de liste, d’anhydroxylitol, de xylitol, d’éthylhexylglycérine et de capryloyl glycine. Le beurre de karité et toute une ribambelle d’huiles (macadamia, tournesol, soja, graines de thé, amande douce, coco) sont des émollients bien connus. Les tensioactifs (xylitylglucoside, glyceryl stearate, polyglyceryl-3 stearate, sodium stearoyl glutamate) sont bien choisis.

Cette crème fraîche n’apporte que de la douceur. L’allantoïne est un actif apaisant que l’on ne présente plus. L’extrait de pois (pisum sativum extract) exerce la même action, du fait de sa richesse en flavonoïdes (Filip Šibul, Dejan Orčić, Mirjana Vasić, Goran Anačkov, Neda Mimica-Dukić, Phenolic profile, antioxidant and anti-inflammatory potential of herb and root extracts of seven selected legumes, Industrial Crops and Products, 83, 2016, 641-653).

L’extrait d’avoine, cher aux laboratoires Pierre Fabre, est donc également courtisé par les laboratoires Nuxe ; l’avoine n’est plus saupoudrée dans l’eau du bain (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/a-derma-un-bon-produit-de-protection-solaire-241/) comme dans les temps anciens, mais appliquée sur la peau via un excipient adapté.

Le thé anti-âge, anti-oxydant et aux multiples vertus (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/le-the-dans-la-tasse-ou-dans-le-pot-une-panacee-bien-sympathique-504/) est également présent.

Le robinier faux-acacia, utilisé traditionnellement en Chine comme source de matières premières à activité thérapeutique, s’est glissé dans la formule. S’il est utilisé pour augmenter les défenses immunitaires à la manière de la propolis (Shifa Yang, Guiming Li, Zengcheng Zhao, Minyan Feng, Shuqian Lin, The Taishan Robinia pseudoacacia polysaccharides enhance immune effects of rabbit haemorrhagic disease virus inactivated vaccines, Microbial Pathogenesis, 112, 2017, 70-75), on ne trouve aucune référence bibliographique concernant un quelconque effet au niveau cutané. La présence de flavonoïdes à activité anti-oxydante est cependant documentée (Cengiz Sarikurkcu, Mehmet Sefa Kocak, Bektas Tepe, Mehmet Cemil Uren, An alternative antioxidative and enzyme inhibitory agent from Turkey: Robinia pseudoacacia L., Industrial Crops and Products, 78, 2015, 110-115).

Cette crème fraîche semble avoir tout pour elle… à un détail près… le soja et ses phyto-oestrogènes (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/ces-molecules-qui-perturbent-le-milieu-cosmetique-106/).

Si certains font la chasse aux parabens (ils sont de moins en moins nombreux et au fil des années on constate une réhabilitation de ces conservateurs antimicrobiens trop longtemps malmenés) nous faisons, pour notre part la chasse aux phyto-oestrogènes (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/ces-molecules-qui-perturbent-le-milieu-cosmetique-106/). A chacun son combat !

La crème fraîche, pourquoi pas ? On aimerait, toutefois, trouver sur le marché une version allégée en phyto-oestrogènes pour toutes celles qui souhaitent pratiquer un régime cosmétique « zéro » risque !

Crème fraîche de beauté Nuxe : AQUA/WATER, GLYCERIN, CAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE, DICAPRYLYL ETHER, BUTYROSPERMUM PARKII (SHEA) BUTTER, CETEARYL ALCOHOL, MACADAMIA INTEGRIFOLIA SEED OIL, PARFUM/FRAGRANCE, XYLITYLGLUCOSIDE, GLYCERYL STEARATE CITRATE, BEHENYL ALCOHOL, DIMETHICONE, LAURYL LAURATE, SILICA, ANHYDROXYLITOL, TOCOPHEROL, POLYGLYCERYL-3 STEARATE, PHENOXYETHANOL, XYLITOL, ETHYLHEXYLGLYCERIN, HYDROGENATED LECITHIN, SODIUM ACRYLATES COPOLYMER, SODIUM STEAROYL GLUTAMATE, DEHYDROACETIC ACID, ALLANTOIN, SODIUM GLUCONATE, LECITHIN, HELIANTHUS ANNUUS (SUNFLOWER) SEED OIL, CITRIC ACID, SODIUM CARRAGEENAN, SCLEROTIUM GUM, GLYCINE SOJA (SOYBEAN) OIL, CAMELLIA OLEIFERA SEED OIL, CAPRYLOYL GLYCINE, CITRUS AURANTIUM DULCIS (ORANGE) FLOWER EXTRACT, PRUNUS AMYGDALUS DULCIS (SWEET ALMOND) FLOWER EXTRACT, COCOS NUCIFERA (COCONUT) OIL, PRUNUS AMYGDALUS DULCIS (SWEET ALMOND) OIL, GLYCINE SOJA (SOYBEAN) SEED EXTRACT, PISUM SATIVUM (PEA) EXTRACT, DISODIUM EDTA, AVENA SATIVA (OAT) KERNEL EXTRACT, MARIS SAL/SEA SALT, CAMELLIA SINENSIS LEAF EXTRACT, PRUNUS AMYGDALUS DULCIS (SWEET ALMOND) FRUIT EXTRACT, ROBINIA PSEUDOACACIA FLOWER EXTRACT, COCOS NUCIFERA (COCONUT) FRUIT EXTRACT, LINALOOL, GERANIOL, LIMONENE






Retour aux regards