Nos regards
C'est Rogé Cavaillès qui crie à la douceur !

> 02 septembre 2017

C'est Rogé Cavaillès qui crie à la douceur ! On connaît tous la fable d’Esope concernant ce berger qui criait au loup d’une manière intempestive, pour se distraire (Fables d’Esope, Club Des Libraires De France, 1965, 258 pages). A force de mettre en garde la population vis-à-vis d’un loup imaginaire, le pauvre garçon n’est pas cru lorsque son appel au secours correspond à une situation malheureusement bien réelle pour lui !

Il en est de même pour tous ces produits d’hygiène qui « crient » à la douceur. A partir du moment où une société commercialise un savon sous l’appellation « extra-doux », comment peut-elle communiquer sur un produit qui l’est réellement ?

Dans le domaine de l’hygiène corporelle n’est, en effet, pas doux qui veut. La douceur est, pourtant, certainement, l’une des qualités les plus revendiquées par les services marketing.
Pour illustrer notre propos, nous nous intéresserons, aujourd’hui, aux produits d’hygiène de la marque Rogé Cavaillès.

Entre 1879 et 1930, les marques de savons se multiplient et chacune d’elles a à cœur de cibler une population bien spécifique.

Le savon Cadum est le savon des bébés heureux, le savon Lux celui des stars, Monsavon celui de toute la famille et le savon Rogé Cavaillès, enfin, celui des peaux à problèmes.

Psoriaris, pityriasis et dartres sont autant d’ennemis à combattre par ce savon dans lequel on peut retrouver 2 % d’huile de cade. Ce savon n’est d’ailleurs pas sans rappeler son aîné, le savon Cadum, né de la rencontre entre un industriel eczémateux et un pharmacien consciencieux (http://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/bebe-cadum-trois-hommes-pour-un-couffin-226/). Rogé Cavaillès, pharmacien également, connaît bien l’huile de cade et réalise pour ses patients des préparations en contenant. Il incorpore, en effet, ce goudron liquide, issu de la distillation sèche du bois de genévrier-cade ou bien de l’ichthyolammonium dans des pommades. Recommandée en cas de dermatoses squameuses, ce type de préparations à odeur forte et caractéristique ne manque pas de se rappeler au bon souvenir de celui qui la fabrique. Son odeur qualifiée d’empyreumatique rappelle le médicament juste ce qu’il faut (Dorvault L’Officine, 1995). Par son caractère entêtant, elle a dû poursuivre un certain nombre d’années Rogé Cavaillès, avant que le déclic ne se fasse et qu’enfin, en 1924, il saute le pas et mette sur le marché, à son nom, un savon à l’huile de cade (https://www.rogecavailles.fr/la-marque). Cette matière première très appréciée à la fin du XIXe siècle va progressivement tomber dans l’oubli et c’est tant mieux.

L’emballage du savon adopte alors un aspect tricolore blanc, marron et jaune. Le savon est désormais surgras ; il renferme de l’huile d’amande douce.

1970 : le savon Rogé Cavaillès est désormais bien connu. Un petit frère, le gel douche surgras, vient agrandir la famille. Ce sera le tour, 30 ans plus tard, d’un gel surgras toilette intime.

2014 : Rogé Cavaillès suit la mode cosmétique. Les huiles sont des formes galéniques très appréciées du public, car synonymes dans son esprit de « toilette en douceur » (voir http://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/petite-histoire-du-lait-de-toilette-231/). Pour le champion des cosmétiques « surgras » il est logique de souscrire à cette mode.

Il est temps, maintenant, de se pencher sur la composition des produits d’hygiène de la marque.

Chez Rogé Cavaillès, on note un vrai problème de vocabulaire. Tout est « extra-doux », ce qui ne laisse pas vraiment de marge de manœuvre lorsque l’on passe d’un produit à un autre.

Les produits d’hygiène sont composés de tensioactifs qui sont plus ou moins détergents, plus ou moins irritants. Les produits d’hygiène sont classés de la manière suivante du point de vue de leur « douceur » : savon, savon surgras, syndet, lait… encore faut-il regarder la composition de la base lavante. Un syndet à base de laurylsulfate d’ammonium devra être rétrogradé derrière le savon !

Passons à la pratique.

Le savon surgras extra-doux classique est un savon mixte. Il est obtenu par saponification de suif, d’huile de palme et d’huile de coco par de la soude. Trois agents surgraissants (lanoline, huile d’amande douce et huile de noyaux de pêche) sont ajoutés de manière à pallier à l’effet délipidant du savon. On rappellera que la lanoline convient mieux lorsque la peau est saine que lorsque la peau est le siège de lésions (http://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/nivea-baby-sans-soucis-188/). La glycérine produite lors du processus de saponification est conservée précieusement dans la formule afin de faciliter la conservation du savon. Des séquestrants (étidronate de sodium et EDTA) protègent la peau et les canalisations des dépôts de calcaire. Le chlorure de sodium est un adjuvant technologique, indispensable pour la réalisation du savon. La composition de ce savon est extrêmement classique. Il paraît difficile d’accoler le terme « extra-doux » au terme « savon »…

Le savon-lait surgras hydratant, quant à lui, est un produit qui cherche son identité. Composé à la fois de savons (sodium tallowate et sodium cocoate) et de tensioactifs de synthèse (castoryl maleate, PEG-6 Caprylic/Capric Glycerides), ce curieux produit cosmétique ne sait pas sur quel pied danser. On connaissait les savons (les vrais) composés exclusivement de sels d’acides gras, les syndets (les vrais) composés exclusivement de tensioactifs de synthèse et ne contenant pas un gramme de sel d’acide gras. On découvre désormais un mélange des deux concepts. Des corps gras (beurre de karité, lanoline, huile d’amande douce et huile d’olive) jouent le rôle de surgraissants. Le lait et le lactose, après s’être invités à la table du petit déjeuner, viennent faire une incursion dans la salle de bains !

Le savon huile veloutant agite le terme « huile » sous le nez du consommateur… Il s’agit d’un savon qui ne se veut ni trop dur, ni trop mou. Pour obtenir la bonne consistance, il faut mélanger des savons durs obtenus par saponification de corps gras par de la soude (sodium palmate, sodium palm kernelate) et des savons mous obtenus par saponification de corps gras par de la potasse (potassium palmate, potassium palm kernelate). Le palmier à huile est ici exploité à fond ! Des huiles ou acides gras (palm kernel acid, argania spinosa kernel oil, prunus amygdalus dulcis oil) jouent le rôle de surgraissants. Des ingrédients indispensables comme les humectants, les séquestrants et du chlorure de sodium sont bien présents. Des colorants de couleurs jaune et orange viennent subtilement rappeler que le produit contient de l’huile.

Entre le gel douche extra-doux et le gel bain et douche classique, les différences sont ténues. Le squelette de base est identique (aqua, magnesium laureth sulfate, cocamidopropyl betaine). La différence tient surtout à l’absence d’allergènes pour l’un et à la présence de 6 allergènes pour l’autre !

L’huile de douche veloutante n’est pas une huile d’un point de vue galénique (elle n’en contient aucune !) mais une solution composée de tensioactifs (magnesium laureth sulfate, cocamidopropyl betaine, PEG-6 caprylic/capric glycerides, olive Oil PEG-7 esters, PEG-75 lanolin). Il s’agit donc d’un gel douche bien ordinaire qui ne brille pas spécialement par sa grande douceur.

La crème de douche karité et magnolia est modeste du point de vue du vocabulaire employé. C’est un produit pour la douche formulé comme la plupart des produits du marché. Lauryléther sulfate de sodium et cocamidopropyl bétaïne sont en tête de liste.

La crème lavante (disodium cocoamphodiacetate, cocamidopropyl betaine, disodium laureth sulfosuccinate, sodium lauryl sulfoacetate, PEG-120 methyl glucose dioleate, almond oil glycereth-8 esters, PEG-6 caprylic/capric glycerides, peach kernel oil glycereth-8 esters) extra-douce est réellement extra-douce ! Conservateur discret (benzoate de sodium), adaptateur de pH (acide citrique) et séquestrant (EDTA) ferment le bal.

La crème lavante dermo-apaisante est également douce. La base lavante (PEG-7 glyceryl cocoate, disodium cocoamphodiacetate, disodium laureth sulfosuccinate, decyl glucoside, betaine, PEG-120 methyl glucose dioleate, polysorbate 20, PEG-90 glyceryl isostearate, glycereth-2 cocoate, PEG-6 caprylic/capric glycerides, laureth-2) choisie est en accord avec l’argumentaire marketing.

Les produits Rogé Cavaillès sont variés et peuvent convenir à des situations et des attentes diverses. Afin de permettre un choix éclairé, il conviendrait de faire le tri dans les allégations énoncées.

Il est indispensable de conserver une échelle de « douceur » et ne pas chercher à sauter les barreaux de manière inconsidérée !

Suivons les conseils d’Esope. Ne crions pas à « la douceur » à tout bout de champ !

Savon surgras extra-doux classique Rogé Cavaillès : Sodium Tallowate, Sodium Palmate, Sodium Cocoate, Aqua, Lanolin, Glycerin, Prunus Amygdalus Dulcis Oil, Prunus Persica Kernel Oil, Parfum, Tetrasodium Etidronate, Tetrasodium EDTA, Sodium Citrate, Sodium Chloride

Savon-lait surgras hydratant Rogé Cavaillès : Sodium Tallowate, Sodium Cocoate, Aqua, Glycerin, Butyrospermum Parkii Butter, Castoryl Maleate, PEG-6 Caprylic/Capric Glycerides, Lanolin, Prunus Amygdalus Dulcis Oil, Sine Adipe Lac, Olea Europaea Fruit Oil, Lactose, Parfum, Sodium Chloride, Sodium Citrate, Tetrasodium Etidronate, Glycoproteins, Tetrasodium EDTA, CI 77891

Savon huile veloutant Rogé Cavaillès : Sodium Palmate, Sodium Palm Kernelate, Aqua, Glycerin, Sorbitol, Palm Kernel Acid, Argania Spinosa Kernel Oil, Parfum, Potassium Palmate, Prunus Amygdalus Dulcis Oil, Potassium Palm Kernelate, Propylene Glycol, Sodium Chloride, Pentasodium Pentetate, Tetrasodium EDTA, Tetrasodium Etidronate, CI 15510, CI 19140

Gel douche extra-doux Rogé Cavaillès Rogé Cavaillès : Aqua, Magnesium Laureth Sulfate, Cocamidopropyl Betaine, PEG-6 Caprylic/Capric Glycerides, PEG-120 Methyl Glucose Dioleate, Hydrolyzed Collagen, Parfum, Prunus Amygdalus Dulcis Oil, Citric Acid, Sodium Benzoate, CI 15510, CI 47005, Disodium EDTA

Gel bain et douche classique Rogé Cavaillès : Aqua, Magnesium Laureth Sulfate, Cocamidopropyl Betaine, Glycerin, Propylene Glycol, Parfum, PEG-6 Caprylic/Capric, Glycerides, Olive Oil PEG-7 Esters, PEG-75 Lanolin, Hydrolyzed Collagen, Citric Acid, Sodium Benzoate, Tetrasodium EDTA, CI 15510, Citral, Coumarin, Geraniol, Limonene, Linalool, Citronellol

Huile de douche veloutante Rogé Cavaillès : Aqua, Magnesium Laureth Sulfate, Cocamidopropyl Betaine, Glycerin, Propylene Glycol, Parfum, PEG-6 Caprylic/Capric, Glycerides, Olive Oil PEG-7 Esters, PEG-75 Lanolin, Hydrolyzed Collagen, Citric Acid, Sodium Benzoate, Tetrasodium EDTA, CI 15510, Citral, Coumarin, Geraniol, Limonene, Linalool, Citronellol

Crème de douche karité et magnolia Rogé Cavaillès : Aqua, Sodium Laureth Sulfate, Glycerin, Acrylates Copolymer, Cocamidopropyl Betaine, Sodium Lauroyl Glutamate, PEG-7 Glyceryl Cocoate, Potassium Olivoyl Hydrolyzed Oat Protein, Butyrospermum Parkii Butter, Olive Oil PEG-7 Esters, Polysorbate 20, Magnolia Officinalis Flower Extract, Xanthan Gum, Glycol Distearate, Parfum, Citric Acid, Cocamide MEA, Titanium Dioxide, Sodium Benzoate, Sodium Hydroxide, Disodium EDTA

Crème lavante extra-douce Rogé Cavaillès : Aqua, Glycerin, Disodium Cocoamphodiacetate, Cocamidopropyl Betaine, Disodium Laureth Sulfosuccinate, Sodium Lauryl Sulfoacetate, PEG-120 Methyl Glucose Dioleate, Almond Oil Glycereth-8 Esters, PEG-6 Caprylic/Capric Glycerides, Peach Kernel Oil Glycereth-8 Esters, Citric Acid, Sodium Benzoate, Parfum, Sodium Chloride, Disodium EDTA

Crème lavante dermo-apaisante Rogé Cavaillès : Aqua, PEG-7 Glyceryl Cocoate, Disodium Cocoamphodiacetate, Glycerin, Disodium Laureth Sulfosuccinate, Decyl Glucoside, Citric Acid, Betaine, PEG-120 Methyl Glucose Dioleate, Polysorbate 20, PEG-90 Glyceryl Isostearate, Glycereth-2 Cocoate, PEG-6 Caprylic/Capric Glycerides, Laureth-2, Sodium Benzoate






Retour aux regards