Nos regards
Taaj, quand l’eau de l’Himalaya se fait vecteur de filtres UV, d’allergènes, de tensioactif irritant...

> 05 avril 2018

Taaj, quand l’eau de l’Himalaya se fait vecteur de filtres UV, d’allergènes, de tensioactif irritant... Le fakir Cipaçalouvishni, qui apparait dans l’album Tintin « Le lotus bleu », a la curieuse habitude de trouver les couteaux, les pointes, les morceaux de verre… enfin tout ce qui pique plus doux pour sa peau que les coussins les plus moelleux. Affaire de constitution, sans aucun doute.

Pour ce fakir, un cosmétique est donc un produit beaucoup trop doux pour pouvour retenir son attention.

Pour rendre notre verdict, nous avons voulu en savoir plus sur les cosmétiques Taaj. Cette gamme de cosmétiques ayurvédiques créée en 1990 est l’une des plus anciennes du genre.

Le site de la marque nous apporte quelques précisions sur les ingrédients entrant dans la composition des produits : « Développés en France en partenariat avec un laboratoire en Inde situé sur les plateaux de l’Himalaya, les soins TAAJ sont élaborés à base d’Eau de Source de l’Himalaya - eau très pure et biocompatible à l’origine de vieilles légendes indiennes - et d’extraits de plantes et d’huiles essentielles. »

Pour chaque produit sont précisées les constitutions ciblées : les Doshas : Vata, Pitta, Kapha. Pour savoir à quelle énergie vitale vous vous rattachez, il faudra s’examiner sur un plan physique (taille, poids, ossature...), mais également psychologique (style de vie, croyances...). Tout cela n’est pas sans rappeler le principe de l’homéopathie…

L’eau, ingrédient principal de la plupart des cosmétiques, est obtenue à partir de l’eau du réseau de distribution dans la grande majorité des cas. Elle est purifiée à l’aide de différents procédés (distillation, osmose...). La société Taaj nous indique que l’eau qui entre dans la composition de ses cosmétiques provient directement d’Inde. Outre son rôle d’excipient, elle véhicule tout un passé riche en légendes... Soit... les amoureux de belles histoires y trouveront leur compte, les autres (les plus rationnels) seront dubitatifs ! L’eau aurait-elle une mémoire ? Ah, Jacques Benveniste continue à faire des émules…

Afin de vérifier si les produits Taaj sont des produits très différents des produits de la concurrence, nous avons choisi d’analyser trois produits, une eau micellaire, une BB crème et un « dermocosmétique ». Tous trois conviennent aux trois Doshas !

L’eau micellaire Himalaya est composée d’eau (de l’Himalaya ?), de tensioactifs doux (decyl glucoside, sodium cocoyl glycinate, palm kernel/coco glucoside), d’humectants/hydratants (glycérine, sodium PCA, sorbitol), d’extrait de camomille apaisant, d’extrait de romarin (antioxydant ?) et d’extrait de thé (astringent). Le bromure de cétrimonium, tensioactif cationique irritant retrouvé dans un grand nombre d’eaux micellaires, vient perturber le bel équilibre de la formule ! Cette eau micellaire n’est pas très originale, elle présente le même défaut que la plupart des eaux micellaires du commerce (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/au-tour-des-eaux-micellaires-de-faire-leur-festival-314/).

La BB crème Kerala SPF 20 prend peut-être sa source dans l’Himalaya mais elle redescend bien vite dans la plaine. Les quatre filtres UV retrouvés dans la formule (octylméthoxycinnamate, octocrylène, benzophénone-3, butylméthoxydibenzoyméthane) sont des filtres de synthèse qui ne poussent pas naturellement dans les régions montagneuses, fussent-elles sur le toit du monde ! Ces filtres, qu’il est logique de retrouver dans les produits de protection solaire, ne doivent pas être appliqués quotidiennement sur la peau, au risque de la sensibiliser et de développer lorsque le moment sera venu une allergie ! Notons une petite erreur de présentation dans la liste des ingrédients (Cetearyl Alcohol (and) Ceteareth-20). Notons également le recours à un générateur de formol, l’imidazolidinyl urée, comme conservateur antimicrobien. La longue liste des allergènes finit le tableau.

Terminons par le « dermocosmétique », ce cosmétique qui, en réalité, ne possède pas de statut légal (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/les-dermocosmetiques-1-2-certains-sont-tres-bien-108/). La crème Dermo-vedic est riche en acide hyaluronique nous précise la marque. C’est pourtant en dernière position que le hyaluronate de sodium pointe son nez ! L’acide hyaluronique et ses sels, des ingrédients obtenus par voie biotechnologique (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/avec-l-acide-hyaluronique-bonne-annee-du-coq-73/), exercent une action de surface. Leur poids moléculaire est en effet un frein à la pénétration transdermique. L’emploi du terme « réparatrice post acte dermo-esthétique » nous semble un peu excessif...

Au final, nous sommes déçues par cette gamme de produits qui, sous des dehors innovants, s’engouffre dans les habitudes de formulation du moment. Il y a bien sûr l’eau de l’Himalaya... mais cela ne suffit pas !

Himalaya Eau micellaire peau sensible : Aqua (Water), Propanediol, Decyl Glucoside, Glycerin, Sodium PCA, Sodium Levulinate, Sorbitol, Sodium Cocoyl Glycinate, Sodium Gluconate, Cetrimonium Bromide, Chamomilla Recutita (Matricaria) Flower Extract, Sodium Anisate, Citric Acid, Sodium Chloride, Palm Kernel/Coco Glucoside, Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Leaf Extract, Glycine, Sodium Benzoate, Camellia Sinensis Leaf Extract (https://www.taaj.fr/fr/demaquillants-et-nettoyants/57-eau-micellaire-peaux-sensibles.html)

Kerala BB crème éclat de safran naturel SPF 20 : Aqua/Water, Octyl Methoxycinnamate, Caprilic/Capric Triglyceride, Helianthus Annuus (Sunflower) Seed Oil, Cetearyl Alcohol, CI 77947/Zinc Oxide, CI 77891/Titanium Dioxide, Glycerin, Propylene Glycol, Cetearyl Alcohol (and) Ceteareth-20, Octocrylene, Persea Gratissima (Avocado) Oil, Aloe Barbadensis (Aloe Vera) Extract, Polysorbate 20, Dimethicone, Benzophenone-3, Ethylhexyl Olivate, Olive Oil PEG-7 Esters, Xanthan Gum, Zea Mays (Corn) Starch, Butyl Methoxydibenzoylmethane, CI 77492/Iron Oxides, Bio-Sodium Hyaluronate, Benzyl Alcohol, Carbomer, Imidazolidinyl Urea, Parfum/Fragrance, CI 77491/Iron Oxides, Tocopheryl Acetate, Triethanolamine, Portulaca Oleracea Extract, Morus Alba (Mulberry) Extract, Lactic Acid, Sodium Benzoate, Potassium Sorbate, Disodium EDTA, Magnesium Ascorbyl Phosphate, Sodium Metabisulfite, Chamomilla Recutita (Matricaria) Extract, CI 77499/Iron Oxides, Curcuma Longa (Turmeric) Root Extract, Mica*, Butylphenyl Methylpropional, Hexyl Cinnamal, Linalool, Alpha-Isomethyl Ionone, Citronellol, Hydroxyisohexyl 3-Cyclohexene Carboxaldehyde, Hydroxycitronellal.(https://www.taaj.fr/fr/bb-cremes/30-bb-creme-eclat-de-safran-naturel.html)

Dermo-vedic crème réparatrice (post acte dermo-esthétique) : Aqua (Water), Caprylic/Capric Triglyceride, Cetearyl Alcohol, Glycerin, Mimosa Tenuiflora Bark Extract, Glyceryl Stearate, Prunus Amygdalus Dulcis (Sweet Almond) Oil, Garcinia Indica (Kokum) Seed Butter, Simmondsia Chinensis (Jojoba) Seed Oil, Theobroma Cacao (Cocoa) Seed Butter, Diheptyl Succinate, Aloe Barbadensis Leaf Juice, Panthenol, Glyceryl Caprylate, Sodium PCA, Cera Alba (Beeswax), Tocopheryl Acetate, Ceteareth-20, Sodium Benzoate, Allantoin, Potassium Sorbate, Glyceryl Undecylenate, Sodium Stearoyl Glutamate, Arginine, Sodium Polyacrylate, Capryloyl Glycerin/Sebacic Acid Copolymer, Stearic Acid, Sodium Hyaluronate (https://www.taaj.fr/fr/soins-cibles/24-creme-reparatrice-post-acte-dermo-esthetique.html)






Retour aux regards