Nos regards
Le bain romain Gabriel Couzian n’est pas une mer d’huile !

> 02 août 2018

Le bain romain Gabriel Couzian n’est pas une mer d’huile ! Nous nous intéresserons aujourd’hui à une gamme, sûrement peu connue, mais qui nous a été signalée par une fidèle lectrice qui désirait notre avis.

Nous allons donc vous parler ici de la gamme éponyme fondée il y a presque 30 ans (quand même !) par Gabriel Couzian, un pharmacien biologiste, désireux de se consacrer « à la recherche scientifique pour créer des soins dermocosmétiques pour les peaux à problèmes » (www.gabrielcouzian.com). Pour un pharmacien, quand même ignorer que les dermocosmétiques ça n’existe pas, c’est un peu fort ! (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/les-dermocosmetiques-1-2-certains-sont-tres-bien-108/) Le Règlement (CE) N°1223/2009 qui régit le domaine qui nous intéresse ne connait que des cosmétiques et c’est comme ça depuis le début (Directive 75/766/CEE). Na, voilà qui est dit… ou écrit, enfin peu importe, c’est la réalité réglementaire !

Sur le site de la marque, on apprend que « Gabriel Couzian a la passion de la recherche : Gabriel Couzian s’intéresse à l’eau et à l’huile, deux éléments vitaux constitutifs de la peau et aux mécanismes qui régissent cette relation tripartite. » Ma foi, d’un confrère on attend mieux…

La gamme est assez étoffée, mais nous avons fait le choix de n’évoquer que 3 produits : le Bain Romain Huile Lavante Réparatrice, lancé en 1993 et présenté comme « une innovation scientifique (ou comment offrir un soin pour la peau sèche sous forme d’un simple gel douche) », la crème DermAvenir hydratante et la crème DermAvenir nettoyante.

Commençons donc par le Bain Romain Huile Lavante réparatrice. Première question que nous nous posons, nous qui sommes des amoureuses de l’Italie et de l’histoire (et donc de l’histoire de l’Italie, mais ceci est une autre histoire…) : qu’a donc de romain ce produit d’hygiène ? Rien manifestement… cela au bout du compte reste un point de détail… D’un point de vue de sa formulation, il s’agit d’un gel douche assez commun et qui, comme beaucoup de ses concurrents qui portent également l’appellation d’« huile », n’en est pas une (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/les-huiles-lavantes-font-leur-festival-et-c-est-de-saison-306/), en réalité. La seule chose que l’on puisse reconnaître donc, en la matière, à Gabriel Couzian, c’est d’avoir été pionnier pour nommer « huile » ce qui n’est qu’une solution de tensioactifs. Dans la composition, on relèvera la présence d’un extrait de millepertuis (Hypericum perforatum extract), une plante connue pour ses propriétés photo-sensibilisantes. Certes, il est rare de coupler douche et bain de soleil et ce produit a, par destination, vocation à être rincé, mais tout de même, c’est un ingrédient que nous n’aimons pas et qui n’a vraiment rien à faire ici. On retrouve aussi un hydrolysat de protéine (Hydrolyzed wheat protein). Cet ingrédient sensibilisant n’est plus à présenter et les dermato-allergologues connaissent bien les conséquences de la présence de cette matière première sur la peau de leurs patients. Il est vraiment dommage de constater ces erreurs de formulation. Des précautions d’emploi sont énoncées (« Ne pas utiliser pour le visage, elle pique les yeux »). Dommage aussi ! Enfin, il est répété plusieurs fois de ne pas avoir recours à un gant de toilette…

Passons maintenant à l’hydratation et penchons-nous sur la composition de la crème DermAvenir Hydratante. Dans la phase lipophile, on trouve de l’huile de graines de Babassu (Orbignya oleifera seed oil). La littérature scientifique est très discrète sur cette huile dont l’acide gras majoritaire semble être l’acide laurique, une molécule peu réputée pour sa douceur à l’égard de la peau. L’ingrédient qui nous gêne davantage est le glycyrrhizinate de potassium. Ce dérivé, à propriétés cortisone-mimétiques, n’est sûrement pas à mettre quotidiennement en contact avec la peau… On le réservera pour des cas bien particuliers... en cas de dermatite séborrhéique, par exemple (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/cosmetiques-ar-tel-est-leur-nom-de-code-493/).

En ce qui concerne, enfin la crème DermAvenir nettoyante et démaquillante, on regrettera la présence d’alcool que l’on n’aime pas retrouver dans les cosmétiques. Par ailleurs, la manière dont les constituants est annoncée n’est pas très orthodoxe et on se demande bien ce que viennent faire les « & » qui ponctuent la formule par ci par là ! Lorsque le service réglementaire d’une société est chancelant, on peut douter de la qualité des produits formulés...

D’une gamme de « dermocosmétiques », on attendait mieux... Si ce statut n’existe pas d’un point de vue réglementaire, il existe bien dans l’esprit du public... alors n’employons pas ce terme à tort et à travers !!!

Tant qu’à prendre son bain dans une mer d’huile, autant le faire dans « une vraie », une mer apaisée comme aimait à nous la présenter un certain pharmacien du nom de Alphonse Allais (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/alphonse-allais-un-partisan-des-cosmetiques-conventionnels-comme-nous-finalement-710/)...

Bain Romain Huile Lavante réparatrice : Mipa-laureth sulfate, Laureth 4, Cocamide DEA, Paraffinum liquidum ( mineral oil), Aqua (water), Sodium lauryl carboxylate, Lauryl glucoside, PEG 6 caprylic/capric glycerides, Decyl glucoside, Olea europaea (olive oil) fruit oil, Hypericum perforatum extract, Tocopherol, Glycerin, Parfum (fragrance), Hydrolyzed wheat protein, Urea, Gluconolactone, Sodium benzoate, Aloe barbadensis leaf juice.

DermAvenir Hydratante longue durée : Aqua, Decyl oleate, Orbignya oleifera seed oil, Butyrospermum parkii (shea butter), Myristyl myristate, Olea europaea (olive oil), Stearic acid, Glycerin, Sodium stearoyl glutamate, Carrageenan, Hydrogenated vegetable glycerides, Urea, Cetearyl alcohol, Gluconolactone, Beeswax (cera alba), Octyldodecanol, Dipotassium glycyrrhizinate, Sodium hyaluronate, Sodium benzoate, Sodium dehydroacetate, Gum xanthane, Tocopheryl acetate, Parfum, Bisabolol, Tocopherol, Aloe barbadensis leaf juice.






Retour aux regards