Nos regards
Bayer versus La Roche Posay, le combat pour la cicatrisation : (à nouveau) un seul gagnant !

> 21 février 2018

Bayer versus La Roche Posay, le combat pour la cicatrisation : (à nouveau) un seul gagnant ! Même si le sujet de la cicatrisation est un sujet un peu tabou dans le domaine cosmétique, les laboratoires se glissent furtivement dans la case « peau lésée » et ce, d’autant plus facilement, que la définition du cosmétique ne précise pas l’état de la peau sur laquelle le produit doit être appliqué… Heureusement d’ailleurs, sinon les produits d’hygiène, les produits de soin, les produits de maquillage ne pourraient convenir qu’aux sujets présentant une peau parfaitement saine… ce qui créerait un beau bazar dans l’univers cosmétique et plus largement dans la vie courante !

Dans le Regard précédent (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/genevrier-versus-pierre-fabre-le-combat-pour-la-cicatrisation-un-seul-gagnant-506/), nous avons montré qu’un cosmétique bien formulé peut être de meilleure qualité qu’un dispositif médical ou un médicament mal pensé.
Aujourd’hui, nous continuons sur notre lancée et nous comparons un cosmétique mis au point par les laboratoires La Roche-Posay et un médicament mis au point par les laboratoires Bayer.

Cicaplast peut-il émarger dans la catégorie « Cosmétique bien formulé » ? Oui, parfaitement et nous allons le démontrer…

Cet « accélérateur de réparation épidermique » se présente sous la forme d’une émulsion à base de silicone (c’est une bonne idée et cela permet de convenir à tout le monde et en particulier aux personnes chez qui des matières premières occlusives - comédogènes - ne conviendraient pas).

Différents actifs sont retrouvés dans cette émulsion. Les gluconate de cuivre et de zinc exercent un effet bactériostatique. Le madécassoside est une molécule présente chez l’hydrocotyle (Centella asiatica), une plante connue pour ses vertus cicatrisantes (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/centella-asiatica-de-la-lepre-aux-vergetures-un-champ-d-action-considerable-301/). Le D-panthénol, dexpanthénol ou provitamine B5, est, quant à lui, un précurseur de l’acide pantothénique. Au niveau cutané, se produit l’oxydation de la forme alcool en forme acide. On a recours pour la formulation des préparations topiques au panthénol (à des doses comprises entre 2,5 et 5,0 %) car, contrairement à l’acide pantothénique, il ne pose pas de problème de stabilité. Le panthénol présente un intérêt dans le traitement de diverses lésions de la peau et des muqueuses. Il permet d’augmenter le niveau d’hydratation de la couche cornée, du fait de son caractère hygroscopique. La fonction barrière de la peau est restaurée ; ceci se traduit par une diminution de la perte insensible en eau (Milan Vraneš, Jovana Panić, Aleksandar Tot, Snežana Papović, Slobodan Gadžurić, Interaction of D-panthenol with water molecules – Experimental and computational study. The Journal of Chemical Thermodynamics, 118, 2018, 34-42). Outre cet effet hydratant, le panthénol est un agent cicatrisant qui agit en augmentant la prolifération des fibroblastes. Son intérêt est reconnu dans le traitement des brûlures et de différentes dermatoses (Ebner F, Heller A, Rippke F, Tausch I, Topical use of dexpanthenol in skin disorders, Am J Clin Dermatol. 2002, 3, 6, 427-33). Enfin, le hyaluronate de sodium est un cicatrisant dont nous avons déjà évoqué les qualités.

Côté médicament, nous avons à disposition la pommade et la crème Bepanthen, deux spécialités médicamenteuses du groupe Bayer. Notons que ces spécialités sont classées parmi les protecteurs cutanés et sont indiquées en cas d’irritations cutanées.

On remarquera la présence de lanoline dans ces deux topiques ; cet ingrédient est considéré comme un excipient à effet notoire car susceptible de déclencher des réactions allergiques, en particulier chez les patients atteints de dermatose (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/nivea-baby-sans-soucis-188/) ; ce n’est donc pas l’ingrédient de choix dans le cas présent.

La comparaison du cosmétique avec les deux médicaments fait donc pencher la balance du côté des laboratoires La Roche-Posay qui ont mis au point une formule simple et sans faute de goût !

Cicaplast : Aqua, glycerin, cyclopentasiloxane, cyclohexasiloxane, dimethicone, C30-45 alkyl dimethicone, sodium citrate, PEG/PPG-18/18 dimethicone, panthenol, zinc gluconate, madecassoside, dimethiconol, manganese gluconate, sodium hyaluronate, disodium EDTA, copper gluconate, citric acid, polysorbate 20, sodium benzoate.

Bepanthen 5 % pommade : Dexpanthénol, glycérol monooléate, eau purifiée, amande huile, protegin X, cire d'abeille blanche, paraffine liquide, paraffine liquide légère, lanoline alcool, vaseline, cire microcristalline, lanoline, alcool stéarylique, alcool cétylique. (avec protegin X = paraffine liquide légère, vaseline, cire microcristalline (THG), monooléate de glycérol, alcools de graisse de laine).

Bepanthen 5 % crème : Dexpanthénol, isopropyle myristate, pantolactone, hexadécyl phosphate dipotassique, eau purifiée, phénoxyéthanol, propylène glycol, lanoline, alcool stéarylique, alcool cétylique.










Retour aux regards