Nos regards
Voltaire, le philosophe aux multiples visages

> 25 novembre 2018

Voltaire, le philosophe aux multiples visages

Les Cahiers Rouges nous proposent un petit ouvrage, Pensées, remarques et observations, qui ne correspond pas à des fonds de tiroir voltairiens, mais à une compilation de citations réalisée par François-Marie Arouet lui-même.1 Voltaire y apparaît sous différents visages. Tantôt il s’emporte contre une servante callipyge, tantôt il prône la sagesse... Il s’intéresse autant à la température de l’eau du bain qu’à l’ensemble des cosmétiques qui s’accumulent dans la chambre des vieilles femmes.

Voltaire sensible et colère à la fois

Voltaire était très attaché à un petit aiglon qu’il avait apprivoisé et qui vivait dans la cour de son château de Ferney. Le pauvre aiglon eut maille à partir, un jour, avec deux coqs hargneux. Le pauvre aiglon ne fut bien sûr pas vainqueur... Et même rapidement, il se mit à dépérir, au point que la servante Madeleine annonça un beau matin à son maître, en riant : « Ah ! Monsieur, votre aiglon n’est plus malade. Il est guéri ! Quel bonheur ! Il est mort. » Il était si maigre qu’il faisait pitié à voir. Voltaire entra dans une colère terrible. « Parce que vous avez le cul gras, vous croyez qu’il n’y a que les gens de votre espèce qui aient droit à la vie ? Sortez, sortez d’ici. »

Voltaire philosophe

Si Voltaire est coléreux, il est également philosophe, surtout lorsqu’il est installé derrière sa table de travail. C’est ainsi qu’il imagine un paradis tel un escalier dont les marches se franchissent une à une à coup d’efforts successifs. C’est l’histoire d’un homme (et non d’un chat) ébouillanté par l’eau du bain qu’il nous conte pour nous faire apprécier les degrés que l’on doit franchir pour atteindre à la perfection. « Assan, fils d’Ali, se mettant un bain, un esclave lui renversa un vase d’eau bouillante sur le corps ; Assan lui donna de l’argent, en disant il y a un degré dans le paradis pour ceux qui ne se mettent point en colère, un pour ceux qui pardonnent, un pour ceux qui récompensent les offenses involontaires. » Le brave Assan est un véritable marchepied pour l’homme sage. Il veillera, toutefois, désormais à régler précisément le thermostat pour proposer à son maître un bain à température idéale. Une fois rendu au sommet de l’échelle, inutile d’en faire plus !

Voltaire poète

« Une vieille à sa toilette est comparée à Janus ; un visage vieux, un visage jeune. » Rappelons que Janus est le dieu romain du passage, le dieu introducteur, le dieu aux deux visages... l’un est tourné vers l’Orient et l’autre vers l’Occident. A partir d’un passé chaotique, ce dieu établit un monde organisé.2 Dans ces conditions, ce sont les cosmétiques qui constituent les vrais « Janus ». Ce sont eux, en effet, qui sont capables de transformer le chaos d’un visage vieilli en harmonie d’un visage juvénile.

Voltaire fleuriste

De « Cultivons notre jardin » à « Le premier qui a dit que les roses ne sont point sans épines, que la beauté ne plaît point sans les grâces, que le cœur trompe l’esprit, etc., a étonné : le second est un sot. », Voltaire apparaît comme un homme attaché à la nature qui aime à user de métaphores pour faire comprendre sa pensée... Voltaire n’est pas le dernier à user de formules... il est loin d’être sot ! 

Voltaire barbier

« Les idées sont précisément comme la barbe ; elle n’est point au menton d’un enfant : les idées viennent avec l’âge. » Alors qu'il va décéder à 83 ans, âge vénérable pour son époque, Voltaire fait ici l’éloge de la vieillesse... Cet homme, à la barbe toujours consciencieusement rasée, se gardait bien de faucher ses idées. A méditer à une époque où le jeunisme fait rage.

Un grand merci à Jean-Claude A. Coiffard, poète et plasticien, qui nous montre comment atteindre la perfection, en suivant les conseils de Voltaire !

Bibliographie

1 Voltaire. Pensées, remarques et observations. Les Cahiers Rouges Grasset, 2018, 132 p.

2 Schilling R., Janus le dieu introducteur, le dieu des passages, Mélanges de l'école française de Rome, 1960, 72, 89-131.






Retour aux regards