Nos regards
Une journée de la femme pétillante avec la Lionne de l’Empire !

> 08 mars 2019

Une journée de la femme pétillante avec la Lionne de l’Empire !

Blanche d’Antigny (1840-1874),1 une célèbre cocotte, telle que les a représentées Emile Zola dans le célèbre personnage de Nana,2 est une femme qui fait parler d’elle dans certains ouvrages cosmétiques.

Un « teint de lait », « des cheveux dorés, comme la moisson ou le vin de champagne », des cils d’une longueur telle qu’ils semblent ombrer le visage, « des yeux verts » et un regard aguicheur, plein de « malice », confèrent à la belle Marie-Ernestine Antigny - son vrai nom - un port de tête qui ne manque pas de la faire remarquer dans tous les lieux où elle s’affiche. La crinière qu’elle arbore avec fierté lui vaut le nom de « Lionne de l’Empire ». Cette lionne, qui a commencé en modeste lionceau dans un magasin de mode, se fait rapidement les dents sur des princes charmants, munis de revenus et de carnets d’adresse à la hauteur de ses appétits. Se prélasser comme une belle maîtresse ne suffit pas à la femme du peuple qu’elle continue d’être. Il lui faut la gloire... celle-ci viendra par le théâtre. Il lui faut des hommages, des regards admiratifs, des bouquets à foison... C’est l’opéra-bouffe qui lui fournira la scène dont elle a envie pour faire preuve de ses qualités vocales. Dans le « Château à Toto », sur un air d’Offenbach, elle raconte au public l’histoire de la Falotte, une jolie villageoise, qui monte à Paris pour trouver la fortune. On dirait le rôle écrit pour elle…

Pourtant, son succès n’est pas du goût de tout le monde. Certains lui dénient tout charme, trouvent qu’elle chante et joue mal. Il y a de la Nana chez cette femme-là. Elle est « nulle », elle chante comme une crécelle… mais elle a un succès fou ! Allez comprendre le mystère qui entoure cette lionne !

Pour se mettre en beauté, Blanche use de blanc de perle, de poudre de riz. Blanche aime le champagne sous toutes ses formes. Elle le consomme dans des coupes en argent taillées en forme d’animaux et se plonge dans des bains de champagne, pour conserver une peau veloutée.3

Rappelons que le blanc de perle, contrairement à ce que son nom laisse supposer, n’est pas un fard d’une l’innocuité totale... Loin s’en faut car ce mélange de bismuth, d’acide nitrique (appelé alors acide azotique) et d’eau contient, entre autres, des traces de plomb.4

Pour toutes celles que les folies d’antan font toujours rêver, on peut conseiller un petit tour chez Caron. Ce parfumeur nous propose de remplacer les x bouteilles de champagne, qui permettent de remplir une baignoire à ras bord, par une eau de toilette, « Royal bain », qui fait chanter la rose, le lilas et la violette en un accord parfait.5 « Royal bain » chante juste contrairement à la Lionne de l’Empire !

En ce jour où les femmes sont mises à l’honneur, n’hésitez pas à faire un tour sur notre blog pour y traquer les femmes de talent. De Joséphine Baker6 à Marceline Sebalt et à Nadia Payot, en passant par Helena Rubinstein7 ou Elizabeth Arden,8 nous vous promettons une balade pleine de surprises, avec des anecdotes aussi légères que des bulles de champagne. Une précision, tous nos Regards se consomment sans modération...

Bibliographie

1 https://data.bnf.fr/fr/14657010/blanche_d__antigny

2 https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/enquete-discrete-sur-la-nana-d-emile-zola-956

3 https://books.google.fr/books?id=g72BDwAAQBAJ&pg=PT55&lpg=PT55&dq=blanche+d%27antigny&source=bl&ots=fX4hyNsWTA&sig=ACfU3U1_Q_iyXXFPokSjIKlf9IsfW4DKqg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiqnsWumebgAhWEy4UKHS2VAhM4ChDoATAJegQIAhAB#v=onepage&q=blanche%20d'antigny&f=false

4 Gastou P., Formulaire cosmétique et esthétique, Paris, Baillière et fils, 1939, 312 pages

5 https://www.parfumscaron.com/royal-bain.html

6 https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/josephine-baker-chanteuse-et-icone-cosmetique-157/

7 https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/avec-nadia-payot-et-marceline-sebalt-la-naissance-du-metier-d-estheticienne-580

8 https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-eight-hour-cream-d-elizabeth-arden-un-cosmetique-de-cheval-922/






Retour aux regards