Nos regards
Séance d’effeuillage automnal

> 23 mars 2019

Séance d’effeuillage automnal

Lorsque Guy de Maupassant évoque les parfums d’automne, on retrouve, dans ses descriptions, le chasseur invétéré qu'il est. « C’était l’automne, la saison rousse. Les feuilles voltigeaient sur les gazons comme des volées d’oiseaux. On sentait traîner dans l’air des odeurs de terre humide, de terre dévêtue, comme on sent une odeur de chair nue, quand tombe, après le bal, la robe d’une femme ».1

Les femmes que côtoie Maupassant sont, sans nul doute, parfumées à la mousse de chêne. L'absolu de mousse de chêne est un extrait préparé à partir du lichen Evernia prunastri qui se développe sur des chênes. Cet ingrédient connu des dermato-allergologues possède une odeur tenace d’humus.2

En ce début de printemps, merci à Jean-Claude A. Coiffard, poète et plasticien, pour cet effeuillage particulier !

Bibliographie

1 Maupassant G., Un coq chanta in Les contes de la bécasse, Le livre de Poche, Albin Michel, 1966, 254 pages

2 Johansen JDHeydorn SMenné T, Oak moss extracts in the diagnosis of fragrance contact allergy, Contact Dermatitis., 2002, 46, 3, 157-161.






Retour aux regards