Nos regards
Quand le dentifrice se prend pour un test de grossesse…

> 10 octobre 2017

Quand le dentifrice se prend pour un test de grossesse… Détourner un cosmétique de sa fonction constitue ce que l’on appelle un mésusage. Pour notre part, nous emboîtons le pas à Boris Vian (Colin taille ses paupières en biseau à l’aide d’un coupe-ongles) et qualifions cet acte de mésusage, acte purement surréaliste (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/le-mesusage-un-acte-surrealiste-123/). L’ingestion d’un autobronzant à la manière de Gaston Lagaff (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/mesusage-cosmetique-selon-lagaffe-149/) ou de bains de bouche alcoolisés à la manière de certaines dames de la bonne société du XIXe siècle (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/l-eau-de-botot-la-solution-a-tous-les-maux-206/) , le poudrage du vagin de manière systématique et excessive après chaque bain (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/monologue-du-vagin-alors-le-talc-pour-ou-contre-234/) , le maquillage des lèvres à l’aide de crayons de couleur destinés aux enfants (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/crayola-mega-baume-levres-finalement-ni-pour-les-levres-ni-pour-les-dessins-297/) , la protection de la peau vis-à-vis des UV à l’aide de préparations destinées à traiter l’érythème fessier (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/le-surfeur-doit-se-proteger-du-soleil-mais-pas-avec-n-importe-quoi-100/) montrent à quel point l’inventivité en la matière peut être grande, dès lors que l’on est dans le domaine cosmétique.

Une activité de choix pour un certain nombre de blogueuses qui manquent terriblement de sujets à aborder consiste à relayer des informations totalement fausses. La toile bruisse, ainsi, depuis quelques jours, d’un nouvel usage possible pour le dentifrice, ce cosmétique que nous utilisons quotidiennement. Ce produit d’hygiène est recommandé par certaines pour réaliser un test de grossesse-maison. Le dentifrice est décidément une véritable panacée. On nous l’a déjà présenté comme un produit permettant de réparer les CD rayés (quand on sait que le dentifrice est riche en abrasif, on peut douter de la qualité de la réparation !), de nettoyer les joints (c’est beaucoup plus logique), d’effacer les traces de crayon, d’assécher un bouton, de blanchir les ongles, de nettoyer les doigts jaunis des fumeurs, de récurer phares de voiture et bijoux en argent, de soulager une brûlure légère… (https://www.comment-economiser.fr/utilisations-dentifrice.html). Produit d’entretien, produit cosmétique, médicament, dispositif médical, le dentifrice ne sait plus où donner du tube, depuis que ses admirateurs se sont mis à lui trouver mille qualités.

De la même manière que l’on pourra trouver sur le net des produits cosmétiques à faire à la maison (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/les-cosmetiques-faits-maison-do-it-yourself-diy-depuis-le-debut-on-n-aime-pas-24/), on trouve désormais différentes recettes permettant de diagnostiquer une grossesse à l’aide de dentifrice. Pour ce faire, il vous faudra « une cuillère à café de dentifrice, deux cuillères à soupe d’urine (du matin), et un gobelet en plastique ». « Placez votre dentifrice dans le gobelet en plastique et ajoutez-y l'urine (vous pouvez aussi uriner directement sur le dentifrice). Patientez entre 5 et 10 minutes, et découvrez le résultat. » « Si aucune réaction ne se produit, le test est négatif. Si le dentifrice devient bleu clair ou se met à mousser, le test est positif. » (https://www.zonegrossesse.com/test-de-grossesse-maison/).

Première étape : le choix du dentifrice. Il convient de le choisir de couleur blanche (certains blogs apportent cette précision qui est capitale !). Le dentifrice Signal et ses trois bandes légendaires sera laissé de côté.

Afin de se faire une idée sur la valeur de ce test, il est utile de faire un rappel concernant la composition des dentifrices.

Que contient donc cette pâte dentifrice capable de jouer les laboratoires d’analyse médicale en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ? Une pâte dentifrice est une préparation semi-solide qui renferme une quantité importante de poudres, de la silice, un phosphate ou du carbonate de calcium, tous agents abrasifs très utiles pour nettoyer et polir la surface des dents. L’excipient principal est l’eau. Un humectant (glycérine ou sorbitol) permet d’éviter le dessèchement de la préparation. Un gélifiant (dérivé de cellulose, gomme xanthane, alginates…) permet d’augmenter la consistance du mélange et facilite l’extrusion de la pâte contenue dans le tube. Des aromatisants et des édulcorants permettent de masquer le goût désagréable de certaines matières premières. Des actifs (sels de fluor, de strontium, menthol…) remplissent différentes fonctions telles que la lutte contre les caries, contre la sensibilité dentinaire ou bien contre l’halitose. Des conservateurs antimicrobiens permettent d’assurer la propreté microbiologique du milieu. Le dioxyde de titane est incorporé afin de blanchir la préparation et d’obtenir une pâte très blanche… Enfin, un tensioactif (souvent le lauryl sulfate de sodium) exerce un double rôle : celui de stabiliser la suspension et d’obtenir une mousse généreuse lors de l’opération du brossage. La liste des ingrédients est souvent courte. Point de surprise dans le domaine de la formulation des produits d’hygiène bucco-dentaire…

Si l’on urine sur son dentifrice, il ne sera pas étonnant de le voir mousser, du fait de la présence d’un tensioactif moussant qui produit par définition de la mousse ! Observer le développement d’une coloration bleue sera, en revanche, plus compliqué dans la mesure où aucun ingrédient de la formule n’est susceptible de changer de couleur dans de telles conditions.

Rappelons que le principe du dispositif médical qu’est un test de grossesse est basé sur la détection d’une hormone, la bêta hCG (ou hormone Chorionique Gonadotrope humaine sous-unité bêta) présente dans l’urine des femmes enceintes en proportion variable selon la date de la fécondation (le taux augmente progressivement jusqu’à la fin du premier trimestre, puis diminue ensuite). Schématiquement, on peut indiquer que pour observer une coloration bleue au niveau d’un test de grossesse il faudra que deux conditions soient réunies : la présence de bêta hCG dans l’urine testée et la présence d’anticorps anti-hCG au niveau de la bandelette. Selon les spécialités, les seuils de détection seront plus ou moins élevés et permettront de détecter de ce fait une grossesse de manière plus ou moins précoce (Sandrine Billaud, Damien Coulot, Sébastien Faure, Les tests de grossesse : quelle valeur ajoutée pour la dispensation officinale ?, Actualités Pharmaceutiques, 54, 551, Supplement, 2015, 13-20).

Pour conclure, tant que les dentifrices ne permettront pas de réaliser une réaction antigène–anticorps, ils devront rester dans le verre à dents !






Retour aux regards