Nos regards
Nivea sun Alpin crème solaire visage 50+, la crème solaire qui se prend pour une chauve-souris !

> 04 février 2019

Nivea sun Alpin crème solaire visage 50+, la crème solaire qui se prend pour une chauve-souris !

L’odeur de la crème solaire Nivea est l’odeur typique des vacances. En sentant le parfum qui se dégage du tube, on se rend compte de la popularité de cette gamme de produits solaires. Utilisateur ou non des produits Nivea, on connaît tous cette fragrance caractéristique qui signe l’arrêt du travail, le déploiement des parasols et les jeux autour d’une serviette de bain. Rien à voir avec l’odeur caractéristique du renard volant, une espèce de chauve-souris dont les glandes situées près du cou dégagent une odeur assez peu cosmétique. Chez Pteropus pumilus, cette sécrétion renferme une forte proportion de 4-hydroxyacétophenone (37 % très précisément).1 Cette molécule, décrite au niveau de l’inventaire européen comme « antioxydant »,2 est retrouvée dans la liste des ingrédients de la crème solaire Nivea Alpin ; elle est, bien sûr, utilisée à une dose beaucoup moins importante que celle retrouvée chez le renard volant. Son intérêt est limité dans le cas qui nous occupe aujourd’hui. Et même au contraire, son effet anti-inflammatoire3 risque de créer un faux-sentiment de sécurité chez la personne qui utilisera ce produit. 

Quels sont les ingrédients qui fâchent dans cette crème ? Tout d’abord, l’alcool situé en 4e position de la liste des ingrédients. Sur tous les tons et jusqu’à ce que nous soyons entendues, nous continuerons à mettre en garde contre ce solvant qui n’a rien à faire dans un produit de protection solaire.4 On dénombre également 6 allergènes

Passons maintenant aux résultats des tests in vitro pratiqués dans notre laboratoire. Les indicateurs d’efficacité que nous avons obtenus (SPF de 60 et FP-UVA de 27) nous permettent de dire que l’affichage lu sur l’emballage (SPF 50+) est en accord avec la réalité scientifique.

Soumis à une irradiation de 2 heures en Suntest, le produit Nivea Sun Alpin ne se comporte pas comme un champion, puisqu’il perd environ 22 % de son efficacité (dans le domaine UVB). Il passe donc de la catégorie « protection très haute » à la catégorie « protection  haute».

Pleines de curiosité vis-à-vis de ce produit solaire « Alpin » nous avons voulu savoir si, en certaines circonstances », il pouvait devenir « Marin ». Le test de résistance à l’eau nous démontre l’adaptabilité de ce produit solaire. Après deux bains de 20 minutes chacun, on constate que la perte d’efficacité dans le domaine UVB n’est que de 20 % ce qui permet de qualifier le produit de « résistant à l’eau ».

Cette crème solaire visage Alpin qui ne manquera pas d’être remarquée par le vacancier en partance pour les sommets enneigés s’est un tout petit peu emmêlée les skis. Pas de spécificité particulière pour cette crème spéciale montagne. Côté filtres, ne changeons rien. Ils sont nombreux et c’est très bien. Côté ingrédients, l’alcool est vraiment de trop ; côté allergènes, on a vraiment ce qu’il faut !

Pour voler sur la neige telle une chauve-souris égarée, on rêve d’une crème Nivea revisitée, améliorée. Comme les rêves sont faits pour être réalisés, on peut toujours espérer.

Merci à Mme Eva Paparis pour les tests réalisés, « Tout schuss », dans notre laboratoire de la Faculté de Pharmacie de Nantes.

Composition

Nivea sun alpin crème solaire visage 50+ : Aqua, homosalate, glycerin, alcohol denat, butylmethoxydibenzoylmethane, ethylhexyl salicylate, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, ethylhexyl triazone, butylene glycol, dicaprylate/dicaprate, C12-15 alkyl benzoate, stearyl alcohol, panthenol, C18-38 alkyl hydroxystearoyl stearate, glyceryl stearate, sodium phenylbenzimidazole sulfonate, silica dimethyl silylate, triacontanyl PVP, tocopheryl acetate, tetrasodium iminodisuccinate, cellulose gum, titanium dioxide (nano), xanthan gum, sodium acrylates/C10-30 alkyl acrylate crosspolymer, sodium stearoyl glutamate, dimethicone, silicone, trisodium EDTA, sodium chloride, hydroxyacetophenone, ethylhexylglycerin, linalool, limonene, benzyl alcohol, alpha-isomethyl ionone, citronellol, coumarin, parfum.

Bibliographie

1 Wood WF, Walsh A, Seyjagat J, Weldon PJ., Z Naturforsch C., Volatile compounds in shoulder gland secretions of male flying foxes, genus Pteropus (Pteropodidae, Chiroptera)., 2005, 60, 9-10, Pages 779-84

2 http://ec.europa.eu/growth/tools-databases/cosing/index.cfm?fuseaction=search.details_v2&id=90948

3 Ching-Wen C, Yun-Chieh C, Yu-Chin L, Wen-Huang P., p-Hydroxyacetophenone suppresses nuclear factor-κB-related inflammation in nociceptive and inflammatory animal models., J Nat Med. 2017, 71, 2, Pages 422-432

4 https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/pas-d-alcool-dans-les-produits-de-protection-solaire-svp-223/






Retour aux regards