Nos regards
Nathalie Jauze ou la double compétence : aide-soignante et socio-esthéticienne de cœur et de talent !

> 18 juin 2018

Nathalie Jauze ou la double compétence : aide-soignante et socio-esthéticienne de cœur et de talent ! Nathalie Jauze est l’une de nos fidèles lectrices, mais elle n’est pas que cela, comme nous allons le voir plus loin...

Malgré l’éloignement géographique qui nous sépare, nous restons en lien via ce blog. Nathalie aime à « décrypter toutes les compositions cosmétiques avec plaisir, stupéfaction, surprise, satisfaction...bref toutes les émotions y passent ! ».

Lorsqu’elle parle des cosmétiques, on a l’impression qu’elle parle d’un bon vin... Elle en parle avec une réelle gourmandise et arrive à aiguiser l’appétit même des plus réfractaires. Durant l’année universitaire 2016-2017, Nathalie Jauze a fait le choix de rejoindre le pays nantais une huitaine de jours par mois afin de parfaire ses connaissances dans le domaine cosmétique. Il a fallu du courage à Nathalie pour affronter les cieux gris nantais et pour s’asseoir sur les bancs de la faculté de pharmacie de Nantes, afin d’obtenir le DU de Socio-esthétique, tout en continuant à travailler au CHU Félix Guyon, à La Réunion, où elle est aide-soignante depuis 18 ans.

Lorsque l’on travaille dans le domaine de la santé et que l’on souhaite orienter sa carrière vers un poste en socio-esthétique, il faut franchir les étapes les unes après les autres, avec méthode. D’abord obtenir un CAP d’esthétique (c’est chose faite pour Nathalie, depuis 2014 au CFA de Sainte-Clotilde à La Réunion). Ensuite, s’intéresser aux autres, aux personnes fragilisées par la maladie, le handicap, l’isolement social (c’est une des préoccupations de Nathalie qui, sur son temps libre, et de façon bénévole, s’investit dans l’association de socio-esthétique "Un autre Regard "). Enfin, sauter le pas et s’engager dans une démarche diplômante (c’est la démarche effectuée par Nathalie, il y a de cela 2 ans maintenant). Le diplôme une fois obtenu, il s’agit de ne pas l’enfouir sous le boisseau, mais, au contraire il convient de le faire fructifier. Cela Nathalie a su très bien le faire. En 2017, son poste comporte une activité d’aide-soignante à 70 % et une activité de socio-esthéticienne à 20 %.

En 2018, c’est un 50/50 ! Son champs d'action : le service de dermatologie, avec la réalisation d’ateliers individuels de maquillage correcteur à destination des patients présentant des pathologies affichantes et le service d’addictologie avec pour but d’aider à consolider le sevrage. La suite... Nathalie se plaît à rêver d’une activité en socio-esthétique à 100 %.

Ce qui est certain, c’est que Nathalie possède une grande soif d’apprendre. Elle n’a certainement pas mis un point final à sa carrière. L’avenir nous en dira plus... Ce qui est certain également c’est que nous l’avons contaminée, tout comme ses camarades de promotion. Le virus de la cosmétologie lui a été inoculé dès la première semaine de cours. Depuis qu’elle a découvert la formulation cosmétique et l’importance de choisir un cosmétique en regardant attentivement la liste des ingrédients, sa vie a changé. Le cosmétique, elle le retourne maintenant sous toutes ses faces afin de pouvoir trouver la liste des ingrédients et porter un regard critique sur celle-ci. Les patients n’hésitent pas à lui demander des conseils en matière d’hydratation, de maquillage, de photo-protection...

Connaissant la thématique de recherche de notre laboratoire cela ne surprendra personne. Les produits de protection solaire, Nathalie en connaît bien l’utilité... On ne vit pas à La Réunion sans se soucier des effets des UV… on ne vit pas à La Réunion sans s’en protéger ! Nathalie sait désormais bien reconnaître les bons produits (et par conséquent les mauvais !). Elle sait également transmettre son savoir. C’est ce qu’elle a fait, par exemple, au congrès de Médecine Interne de l'Océan Indien. Sa présentation a été très appréciée et a fait l’objet d’une publication dans le Bulletin 119 de l’Association Française du Lupus et autres maladies auto-immunes (AFL+). Elle s’intéresse également au caractère allergisant des cosmétiques et s’interroge sur ce qu’elle peut apporter dans le domaine...

Oui, sa place est également là ! Nathalie a laissé un très agréable souvenir à la faculté de pharmacie de Nantes. Cheveux impeccablement coiffés, maquillage professionnel, sourire aux lèvres, c’est cette image que nous conservons d’elle. Sa gentillesse, son perfectionnisme (nous nous souvenons encore des présentations qu’elle a eu l’occasion de réaliser au cours de sa formation), sa volonté de toujours en savoir plus nous ont séduites et nous séduisent encore. Le parcours de Nathalie est remarquable.

Il montre qu’il n’y a rien d’impossible à qui possède une volonté de fer surtout lorsque celle-ci est cachée dans une physionomie de velours. Nathalie voulait « voler de ses propres ailes »... Nous pouvons lui dire, aujourd’hui, que c’est chose faite. Son rêve est devenu réalité. Nous ne pouvons que l’encourager à continuer de rêver et de faire rêver… le plus longtemps possible.






Retour aux regards