Nos regards
Mességué, du bain de siège au bain d’allergènes... bientôt 60 ans d’élucubrations cosmétiques !

> 27 novembre 2017

Mességué, du bain de siège au bain d’allergènes... bientôt 60 ans d’élucubrations cosmétiques ! En 1958, Maurice Mességué, un phytothérapeute autodidacte, crée sa société, dénommée « Laboratoires des fleurs sauvages ». Un an plus tard, Yves Rocher monte lui aussi sa petite entreprise à La Gacilly… Les deux hommes présentent des profils assez similaires. Sans aucun diplôme, ils vont se glisser tour à tour dans la blouse du pharmacien, puis dans celle du médecin.

Laissons Maurice Mességué se présenter lui-même dans une plaquette publicitaire d’époque. Il se définit comme un homme « universellement connu par l’efficacité de ses traitements d’extraits de plantes ». Après avoir exercé le métier de « guérisseur », il décide de s’intéresser au secteur de la beauté. C’est parce qu’il a côtoyé des femmes ayant des problèmes de peau, qu’il décide de commercialiser sa propre gamme de cosmétiques. « Sur 10 femmes qui viennent le consulter pour des dermites du visage, 8 sont victimes des produits de beauté. » (les pauvres !!!)

Maurice Mességué, tout comme Yves Rocher, dit non aux vilains produits « chimiques » et oui aux extrais naturels. Rose sauvage, menthe sauvage… tous les végétaux à l’état sauvage se donnent rendez-vous dans les premiers produits de la gamme cosmétique à savoir un lait démaquillant, une lotion tonique, un dentifrice…

Pour traiter « la cellulite », il propose un curieux traitement basé sur la réalisation de bains de siège, de mains ou de pieds ou de toute autre partie du corps où se loge ladite cellulite. « Le traitement par bains s’étend sur quatre semaines ». Il comprend un coffret de quatre flacons d’extraits d’herbes sauvages. Chaque flacon correspond à une semaine de traitement, soit 14 bains (à raison d’un bain le matin et d’un bain le soir). Ce qui est étonnant dans le protocole proposé, c’est que « le mélange est récupéré à chaque bain et doit servir à nouveau au bain suivant […] ». Maurice Mességué ne risque pas de jeter bébé avec l’eau du bain, puisqu’il conserve précieusement l’eau du bain précédent ! Au fil des jours, on constate une montée en puissance du traitement, puisque l’eau du bain (attention il ne faut pas ajouter une seule goutte d’eau en cours de traitement) se charge en actifs précieux. Ce traitement nécessite une organisation militaire et une hygiène irréprochable. Que penser de la qualité bactériologique de l’eau utilisée deux fois par jour (pour des zones parfois délicates d’un point de vue bactériologique !) pendant 14 jours ?

Si aujourd’hui on ne parle plus des bains anti-cellulitique de Maurice Mességué, on trouve, en revanche dans le commerce des produits cosmétiques Mességué. Basés à Fleurance, une petite commune du Gers, les laboratoires Mességué (Les laboratoires des fleurs sauvages ont pris désormais le nom de leur illustre créateur) sont des « spécialistes en compléments alimentaires naturels, phytothérapie et aromathérapie. » (https://www.messegue.com/) On y trouve de tout. Des baumes décongestionnants (baume de massage Respi’R) aux huiles essentielles diverses et variées (à utiliser dans un diffuseur) pour « lutter contre le stress », « apaiser un petit bobo » (??) ou « mettre fin à une sensation de fatigue » (https://www.messegue.com/ https://www.messegue.com/)... Des huiles de massage au roll-on coups de soleil, à chaque problème sa solution ! Seul problème, le statut des produits en question, qui mériterait sûrement une petite étude approfondie !

Pour notre part, nous nous sommes penchées sur la composition de différents produits cosmétiques que nous avons retrouvés chez une enseigne bien connue qui possède « des idées de génie » !

Le gel corps à l’Aloe vera ne pose aucun souci, à un allergène près. Même chose pour la crème hydratante à l’Aloe vera (à 4 allergènes près), pour la crème de jour peau sèche (à 7 allergènes près dont un allergène qui vient d’intégrer tout récemment la liste des substances interdites en cosmétologie), pour le masque hydratant (à 5 allergènes près). Précisons que le Lyral (ou hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde) (nom INCI : hydroxymethylpentylcyclohexenecarboxaldehyde) a rejoint la liste des substances interdites récemment (Règlement (UE) n° 2017/1410 de la Commission du 2 août 2017). Une reformulation s’impose donc.

La crème anti-âge à la prêle (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/les-vergetures-c-est-pas-le-top-219/) et au millepertuis devra être utilisée l’hiver, à l’abri du soleil. L’extrait de millepertuis qui est photo-sensibilisant ne fait pas bon ménage avec le soleil. La présence d’un extrait de racine d’agropyron utilisé en médecine populaire pour traiter les problèmes urinaires (l’effet limitant de la formation d’un biofilm bactérien a été démontré) est assez surprenante (Shabnam Sarshar Beydokthi, Jandirk Sendker, Simone Brandt, Andreas Hensel, Traditionally used medicinal plants against uncomplicated urinary tract infections: Hexadecyl coumaric acid ester from the rhizomes of Agropyron repens (L.) P. Beauv. with antiadhesive activity against uropathogenic E. coli, Fitoterapia, 117, 2017, Pages 22-27). On dénombre 6 allergènes.

La crème de nuit réconfortante mise sur l’écorce de Mimosa tenuiflora. Appelée tepezcohuite à Mexico, cette écorce est utilisée traditionnellement pour traiter brûlures, blessures et infections cutanées, tant chez l’animal que chez l’homme. A partir de 1985, on note un véritable engouement pour cette matière première que l’on introduit aussi bien dans les cosmétiques que dans les chewing-gums ou les médicaments… Une publication a toutefois jeté le trouble, démontrant un effet mutagène de certains extraits sur une drosophile (Emilio Pimentel P., Martha P. Cruces M., Stanley Zimmering, Evaluation of the mutagenic potential of Tepezcohuite in the Drosophila wing spot test, Mutation Research Letters, 264, 3, 1991, Pages 115-116). Une publication de 2013 sera, par la suite, beaucoup plus rassurante déniant un quelconque effet mutagène (Viviane A. Silva, Gregório F. Gonçalves, Maria S.V. Pereira, Isis F. Gomes, Hilzeth L.F. Pessôa, Assessment of mutagenic, antimutagenic and genotoxicity effects of Mimosa tenuiflora, Revista Brasileira de Farmacognosia, 23, 2, 2013, Pages 329-334). Il n’en fallait pas plus pour que des chercheurs tentent d’exploiter ses propriétés en mettant au point, par exemple, des pansements cicatrisants associant chitosan et extrait de mimosa (Laura Elizabeth Valencia-Gómez, Santos Adriana Martel-Estrada, Claudia Vargas-Requena, José Luis Rivera-Armenta, Imelda Olivas-Armendáriz, Chitosan/Mimosa tenuiflora films as potential cellular patch for skin regeneration, International Journal of Biological Macromolecules, 93, Part A, 2016, Pages 1217-1225). On regrette la présence de 6 allergènes dont le Lyral.

Le dentifrice gencives sensibles est sans fluor. Il n’est donc pas apte à lutter contre la carie dentaire (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-peur-du-fluor-une-ineptie-62/). Nous ne cautionnons absolument pas ce type de produit.

Le gommage pour le visage ressemble plus à un masque pour peau grasse (le kaolin est en 3e position) qu’à un cosmétique exfoliant. On ne trouve pas plus d’exfoliant chimique que d’exfoliant mécanique. Attention, le kaolin ne convient pas à tous les types de peau ; c’est une argile qui est parfois contaminée par des métaux lourds.

Le gommage pour le corps est à base de noyaux d’abricots pulvérisés. On préférera les billes de cires (carnauba, jojoba…) dont la « rondeur » est gage de douceur ; 8 allergènes au compteur.

L’eau micellaire aux eaux florales est décevante ; la formule commence bien et se termine mal. Il est étrange de trouver dans une eau micellaire du laurethsulfate de sodium. On préférera remplacer ce tensioactif anionique (celui-ci est présent dans un grand nombre de produits d’hygiène du commerce) par un tensioactif non ionique plus doux. Le conservateur n’a pas été choisi avec discernement. Le 5-bromo-5 nitro-1,3-dioxane est un générateur de formol pour le moins allergisant que l’on n’aime guère retrouver dans les produits cosmétiques et ce d’autant plus qu’ils ciblent les peaux sensibles.

Pour le lait démaquillant à la rose, rien à redire, à part les 6 allergènes traditionnels.

Les gels douche sont loin de nous plaire. Le laurylsulfate d’ammonium qui constitue la base lavante est le tensioactif le plus irritant du marché. A éviter ! Même chose pour le shampooing doux vanille et le shampooing fortifiant.

Enfin, le peeling au sel marin ne nous séduit vraiment pas. Tout d’abord pour une raison réglementaire. L’huile de tournesol (helianthus annuus seed oil) apparaît deux fois dans la liste des ingrédients, une fois seule, une fois accompagnée d’un extrait de calendula (calendula officinalis extract/ helianthus annuus seed oil). Cela ne rassure pas quant à la qualité du travail du service Affaires réglementaires de cette société ! En outre réaliser un peeling à l’aide de gros sel parfumé avec un parfum qui apporte des allergènes ne nous paraît pas la manière la plus douce de se faire la peau douce !

Des bains concentrés anti-cellulitique des années 1950, aux cosmétiques d’aujourd’hui, les cosmétiques Mességué ne cessent de nous surprendre.

Tout comme dans le cas des cosmétiques de la gamme Dr Hauschka (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/dr-hauschka-une-rupture-par-rapport-a-la-theorie-premiere-395/), on constate une rupture avec les postulats de base émis par le fondateur de cette société. Maurice Mességué s’est intéressé au domaine cosmétique car « sur 10 femmes qui venaient le consulter pour des dermites du visage, 8 étaient victimes des produits de beauté. »… Entre tensioactifs irritants et allergènes en pagaille, la consommatrice de 2017 aura bien besoin d’un Mességué (à l’ancienne !) pour venir à bout de ses désagréments cutanés !

Gel corps à l’Aloe vera : aloe barbadensis leaf extract, glycerin, xanthan gum, potassium sorbate, sodium benzoate, benzyl alcohol, dehydroacetic acid, citric acid.

Crème hydratante à l’Aloe vera bio visage corps mains : Aqua, aloe barbadensis leaf, cococaprylate caprate, glycerin, cetearyl alcohol, butyrospermum parkii, behenyl alcohol, argania spinosa kernel oil, prunus armeniaca kernel oil, cetyl alcohol, cetearyl glucoside, calendula officinalis flower extract, helianthus annuus seed oil, glyceryl caprylate, glyceryl stearate citrate, xanthan gum, tocopherol, benzyl alcohol, sodium benzoate, potassium sorbate, parfum, citric acid, citronellol, limonene, linalool.

Crème de jour peau sèche (aux extraits de mauve et camomille) : Aqua, isopropyl palmitate, PEG-6 stearate, PEG-32 stearate, cetyl alcohol, sorbitol, propylene glycol, caprylic/capric triglycerides, butylene glycol, stearic acid, cera alba, pentaerythrityl stearate, hexahydroxystearate, methylpropanediol, malva sylvestris extract, ranunculus ficaria extract, urtica dioica extract, agropyron root extract, camomilla recutita flower extract, tocopherol, glycerin, carbomer, chlorphenesin, potassium sorbate, sodium hydroxide, benzyl alcohol, salicylic acid, sorbic acid, parfum, geraniol, alpha isomethylionone, citronellol, lyral, butylphenylmethylprioponal, hexylcinnamal, linalool.

Masque hydratant à l’aloé vera : Aloe barbadensis leaf juice, cetearyl alcohol, olus oil, cetyl alcohol, caprylic/capric triglyceride, glucose, fructose, cetearyl glucoside, cera alba, orbignya oleifera seed oil, tocopherol, hydrogenated vegetable oil, candelilla cera, helianthus annuss seed oil, parfum (verbena offinicinalis leaf extract), sodium hydroxide, aqua, benzyl alcohol, dehydroacetic acid, citral, limonene, linalool, geraniol.

Crème anti-âge (aux extraits de prêle et millepertuis) : Aqua, C12-20 acid PEG-8 esters, olus oil, butylene glycol, dipentaerythrityl hexahydroxystearate, propylene glycol, methylpropanediol, hydrogenated vegetable oil, stearic acid, cetyl alcohol, hypericum perforatum extract, salva officinalis leaf extract, equisetum arvense extract, cera alba, parfum, carbomer, potassium cetyl phosphate, sodium hydroxide, urtica dioica extract, malva sylvestris extract, ranunculus ficaria extract, agropyron root extract, chlorphenesin, potassium sorbate, tocopherol, hexyl cinnamal, hydroxycitronellal, linalool, benzyl salicylate, butylphenylmethylprioponal, Hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde.

Crème de nuit réconfortante (au tepezcohuite) : Aqua, simmondsia chinensis, seed oil, cetearyl alcohol, butyrospermum parkii butter, sorbitol, glycerin, phenyltrimethicone, propylene glycol, methylpropanediol, cetearyl glucoside, borago officinalis seed oil, zea mays germ oil, mimosa tenuiflora bark extract, urtica diocica extract, malva sylvestris extract, chlorphenesin, potassium sorbate, tocopherol, butylene glycol, carbomer, sodium hydroxide, parfum, benzyl benzoate, citronellol, hydroxycitronellol, linalool, benzyl salicylate, hydroxymethylpentylcyclohexenecarboxaldehyde, isomethyl ionone.

Dentifrice gencives sensibles sans fluor : Water (aqua), glycerin, sorbitol, silica, sodium carboxymethylcellulose, aroma, polysorbate 20, sodium lauryl sulfate, CI 42090.

Gommage pour le visage (aux extraits de tilleul et calendula) : Aqua, paraffin, kaolin, glyceryl stearate, stearic acid, propylene glycol, phenyl trimethicone, tilia cordata extract, calendula officinalis flower extract, cetyl phosphate, tocopherol, benzyl alcohol, dehydroacetic acid, triethanolamine, parfum, limonene.

Gommage corps régénérant au beurre de karité et Aloe vera : Aqua, butyrospermum parkii butter, prunus armeniaca seed powder, aloe barbadensis leaf juice, mel, polyacrylamide, potassium cetyl phosphate, C13-14 isoparaffin, laureth-7, benzyl alcohol, dehydroacetic acid, parfum, geraniol, citronellol, coumarin, hexyl cinnamal, hydroxycitronellal, linalool, Hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde.

Eau micellaire aux eaux florales de rose et de bleuet : Aqua, propylene glycol, centaurea cyanus flower, sodium laureth sulfate, 5-bromo-5-nitro-1,3-dioxane, potassium sorbate, sodium chloride, citric acid.

Lait démaquillant aux extraits de rose : Aqua, isopropyl palmitate, PEG-6 stearate, isostearyl isostearate, glycerin, propylene glycol, PEG-32 stearate, methyl propanediol, rosa centifolia flower water, dipentaerythrityl hexahydroxystearate, stearic acid, butylene glycol, malva stylvestris extract, rosa centifolia flower extract, papaver rhoeas flower extract, ranunculus ficaria extract, urtica dioica extract, agropyron repens root extract, tocopherol, carbomer, chlorphenesin, potassium sorbate, phenoxyethanol, sodium hydroxide, benzyl alcohol, salicylic acid, sorbic acid, parfum, geraniol, D-limonene, citronellol, alpha-isomethylionone, benzyl benzoate.

Gel douche rose : Aqua, lavandula angustifolia water, ammonium lauryl sulfate, cocamidopropyl betaine, sodium chloride, potassium sorbate, lauryl glucoside, stearyl citrate, glycerin, sodium citrate, xanthan gum, parfum, benzyl alcohol, benzoic acid, sodium benzoate, CI 77491, citric acid, lactic acid.

Gel douche lavande : Aqua, lavandula angustifolia water, ammonium lauryl sulfate, cocamidopropyl betaine, sodium chloride, lavandula angustifolia oil, lavandula hybrida oil, potassium sorbate, xanthan gum, glycerin, silica, sodium citrate, benzyl alcohol, benzoic acid, sodium benzoate, CI 77491, CI77007, citric acid, lactic acid, linalool.

Gel douche cèdre patchouli : Aqua, lavandula angustifolia water, ammonium lauryl sulfate, cocamidopropyl betaine, sodium chloride, lavandula hybrida oil, pogostemon cablin leaf oil, cedrus atlantica bark oil, sodium chloride, citric acid, lactic acid, potassium sorbate, benzyl alcohol, sodium benzoate, linalool.

Shampooing doux vanille : Aqua, lavandula angustifolia water, ammonium lauryl sulfate, cocamidopropyl betaine, sodium chloride, lauryl glucoside, stearyl citrate, malodextrin, parfum, benzyl alcohol, sodium benzoate, benzoic acid, potassium sorbate, caramel, citric acid, lactic acid.

Shampooing fortifiant - Aloe vera : Aqua, Lavandula angustifolia water, mmonium lauryl sulafte, cocamidopropyl betaine, glycerin, Sodium chloride, Lauryl glucoside, Stearyl citrate, Glycine soja germ extract, Paullinia cupana seed extract, Aloe barbadensis leaf juice, Silica, Parfum, Benzyl alcohol, Sodium benzoate, Potassium sorbate, Benzoic acid, CI 77007, CI 75810, Lactic acid, Citric acid, Limonene.

Peeling corps au sel marin et huile végétale – calendula bois de rose : Sodium chloride, helianthus annuus seed oil, aniba rosaeodora (Rosewood) wood oil, calendula officinalis extract/ helianthus annuus seed oil, alpha-tocopherol, benzyl benzoate, geraniol, limonene, linalool.









Retour aux regards