Nos regards
Les acides de fruit, une histoire ancestrale (1/2)

> 14 août 2018

Les acides de fruit, une histoire ancestrale (1/2) Les alpha-hydroxyacides (ou AHA) sont également appelés acides de fruit, du fait de leur origine. En effet, ils sont largement répandus dans la nature et plus précisément dans les fruits : le citron pour l’acide citrique, la pomme pour l’acide malique, le raisin pour les acides tartrique et glycolique, l’amande pour l’acide mandélique. D’autres sources sont bien évidemment possibles. Le lait fermenté, par exemple, est source d’acide lactique (en toute rigueur, le terme d’acides de fruit en donc un peu erroné !). Depuis l’Antiquité, l’attrait pour ces acides n’a jamais cessé.

Le peeling végétal est mis à l’honneur dans les années 1930 par Anna Pegova, une amie d’Helena Rubinstein, qui en fait sa signature cosmétique. Il perme de « faire peau neuve » en éliminant, selon les conditions, une quantité plus ou moins importante de cellules épidermiques. Rides et taches cutanées sont ainsi estompées.

Dans les années 1960, Marceline Sebalt, l’une des premières esthéticiennes, telles qu’on les connait aujourd’hui et créatrice de la marque Phébel, vante, elle aussi, les mérites des acides de fruits. Pour réaliser le « décapage » de la peau du visage, elle préconise l’application « d’une gelée de fruits renfermant tous les principes capables de nettoyer en profondeur tous les pores. » Cette gelée de fruits sera appliquée sous pansement occlusif pour en renforcer l’action (une feuille de coton ou de gaze mouillée viendra recouvrir l’ensemble du visage à l’exception des yeux, des narines et de la bouche) ; une irradiation infra-rouge (« Le visage ainsi gainé dans une sorte de masque hydrophile ou de gaze recevra ensuite les rayons infra-rouges au moyen d’une lampe spéciale dont on irradie tout le visage. ») sera ensuite pratiqué (Marceline Sebalt - Devenez esthéticienne hygiéniste pour les soins du visage - 1960). Peau sensible s’abstenir !!!

Dans les années 1990, les acides de fruit « explosent littéralement ». Chaque marque possède sa crème anti-âge aux AHA. Estée Lauder, Phas, Chanel... et les autres revendiquent des pourcentages d’AHA de l’ordre de 10 %.

En période estivale, on s’abstiendra absolument de tout cosmétique en renfermant, du fait d’une incompatibilité avec une exposition solaire.






Retour aux regards