Nos regards
Head & Shoulders, ça ne s’améliore pas… malgré Antoine Griezmann…

> 13 août 2018

Head & Shoulders, ça ne s’améliore pas… malgré Antoine Griezmann… Les pellicules constituent un désagrément esthétique auquel il est important de remédier… mais pas avec n’importe quel shampooing ! Nous avons eu déjà l’occasion de dire tout le mal que nous pensions des produits Head & Shoulders (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/shampooings-head-shoulders-n-1-dans-le-monde-sans-doute-mais-pas-pour-nous-409/) qui pourtant se targuent de belles performances commerciales ! Nous allons voir aujourd’hui que la situation n’est pas en train de s’améliorer sur le plan des formules avec le dernier né de la gamme, le shampooing Men Ultra purification intense aux extraits de charbon…

Les problèmes commencent dès l’analyse de la base lavante, dont les deux principaux composants sont le lauryléthersulfate de sodium (sur lequel nous n’avons rien à redire) et le laurylsulfate de sodium (là, nous avons de quoi dire, puisqu’il s’agit d’un tensioactif anionique extrêmement irritant) – pourquoi vouloir irriter un cuir chevelu qui, déjà, souvent, demande grâce ?

L’actif antipelliculaire est l’actif chouchou de la marque, la pyrithione-zinc. Pour notre part, nous considérons que c’est le moins intéressant des agents antipelliculaires.

L’ingrédient mis en avant sur un plan marketing est le charbon. Cette mode est très récente et nous avions eu déjà l’occasion d’évoquer l’arrivée du charbon dans des produits d’hygiène comme les déodorants et notre désaccord face à cet engouement (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/noir-c-est-noir-le-charbon-un-polluant-eleve-au-rang-d-actif-cosmetique-67/). On notera que le nom du produit fait mention d’extraits de charbon et non de charbon (Nom INCI : charcoal). On peut supposer qu’on peut débusquer ces extraits derrière des noms INCI tels que Sodium Polynaphthalenesulfonate…

Le choix des conservateurs n’est pas judicieux non plus. Choisir le mélange méthylchloroisothiazolinone/méthylisothiazolinone, alors que l’on connaît les propriétés sensibilisantes de ce tandem relève d’une obstination surprenante… (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-methylisothiazolinone-mit-un-conservateur-dont-on-est-heureusement-en-train-de-se-debarrasser-155/)

Pour ces différentes raisons, nous ne pouvons que déconseiller ce shampooing, même à ceux qui seraient séduits par sa forte odeur de menthe et/ou ceux qui seraient tentés de croire que l’usage du produit va leur permettre d’acquérir toutes les performances d’Antoine Griezmann…

Men Ultra purification intense aux extraits de charbon : Aqua, Sodium Laureth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate, Cocamide MEA, Zinc Carbonate, Glycol Distearate, Zinc Pyrithione, Sodium Xylenesulfonate, Dimethicone, Parfum, Cetyl Alcohol, Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride, Sodium Chloride, Hydrochloric Acid, Glycerin, Magnesium Sulfate, Menthol, Sodium Benzoate, Sodium Hydroxide, Magnesium Carbonate Hydroxide, Benzyl Alcohol, Hexyl Cinnamal, Mentha Piperita Oil, Mentha Arvensis Leaf Oil, Magnesium Nitrate, Paraffinum Liquidum, Sodium Polynaphthalenesulfonate, CI 19140, Methylchloroisothiazolinone, Magnesium Chloride, CI 42090, Methylisothiazolinone






Retour aux regards