Nos regards
Entre Mir et Palmolive, le combat pour des mains douces !

> 25 janvier 2019

Entre Mir et Palmolive, le combat pour des mains douces !

Des ressemblances entre Mir et Palmolive

Entre le gel lavant mains (présenté comme étant une crème hydratante et même ultra-hydratante) Palmolive et le dégraissant vaisselle Mir, il est possible d’établir un rapprochement. Ces deux produits sont des gels composés d’eau, de gélifiants, de tensioactifs, d’actifs, de conservateurs antimicrobiens... Ces deux produits sont conditionnés dans des flacons ergonomiques. Ces deux produits nous parlent d’hydratation pour l’un et de peaux sensibles pour l’autre.

Une transparence plus ou moins transparente

Le cosmétique Palmolive affiche sa composition intégrale, sans faire de secret pour qui sait lire les étiquettes. Selon le lot de production, le tensioactif situé en tête de liste sera différent. Pour savoir lequel est incorporé dans le produit que l’on tient en main il faut regarder le numéro de lot de fabrication et observer si celui-ci se termine par *A ou *B (comment imaginer que Colgate-Palmolive company continue d’ignorer que cette manière de faire n’est pas conforme à la réglementation ?). Dans notre cas c’est *B. Le gel est donc constitué d’une base lavante composée de lauryléthersulfate de sodium. L’agent épaississant est le sel (sodium chloride). Des extraits d’orchidée et de coco font de la figuration en fin de liste. Le parfum est source d’allergènes.

Le produit vaisselle Mir cultive des « secrets de soin » et ne nous livre que des informations partielles. Tout ce que l’on sait, c’est que le gel renferme des tensioactifs amphotères et anioniques, du parfum et des conservateurs appartenant à la famille des isothiazolinones, la méthylisothiazolinone et la benzisothiazolinone. Un point c’est tout ! L’aloé vera qui est vanté sur l’emballage est oublié dans la liste des ingrédients.

Une caution dermatologique dans les deux cas

Mir vaisselle a été testé dermatologiquement et possède un pH neutre. Il est composé « d’ingrédients reconnus pour le respect des peaux sensibles », nous dit-on. Cette mention est autant plus étonnante que les dermatologues identifient bien les thiazolinones comme des allergènes puissants (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-methylisothiazolinone-mit-un-conservateur-dont-on-est-heureusement-en-train-de-se-debarrasser-155/).

En conclusion

Dans un cas, on nous fait miroiter une crème à effet hydratant, dans l’autre, un produit spécialement adapté aux peaux sensibles. En réalité, on découvre des failles dans l’un et l’autre des deux systèmes. Il serait bon de revoir les bases galéniques dans un cas et les connaissances dermatologiques dans l’autre ! Dans ce combat pour la douceur, il n’y aura pas de gagnant aujourd’hui.

Composition

Mir vaisselle Secrets de soin Aloé vera peaux sensibles : d’agents de surface amphotères (moins de 5%), d’agents de surface anioniques (entre 5 et 15%), de parfums, d’agents de conservation : méthylisothiazolinone, benzisothiazolinone.

Gel lavant mains Palmolive : Aqua, sodium C12-13 pareth-sulfate (*A)/sodium laureth sulfate (* B), glycerin, cocamidopropyl betaine, sodium chloride, glycol distearate, castoryl maleate, cocamide MEA, sodium salicylate, sodium benzoate, parfum, polyquaternium-7, citric acid, laureth-4, tetrasodium EDTA, sine adipe lac, phalaenopsis amabilis extract, cocos nucifera fruit extract, benzyl alcohol, benzyl salicylate, coumarin, CI 16035.

 






Retour aux regards