Nos regards
Derrière chaque cosmétique se cache une femme

> 08 mars 2018

Derrière chaque cosmétique se cache une femme Depuis qu’une certaine Eve s’est amusée à parader sur les podiums, une ceinture de feuilles de vigne autour des reins, parfumée au chèvrefeuille naturel et fardée à grand renfort d’argile, (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-figue-dans-un-autobronzant-pour-un-corps-d-eve-ou-l-autobronzant-a-la-figue-d-eve-296/) et jusqu’à ce qu’une certaine Joséphine se produise sur les scènes des cabarets une ceinture de bananes autour des reins, parfumée avec les notes d’Arpège de Lanvin (c’est normal pour une danseuse qui a le rythme dans le sang) et fardée à l’aide de cosmétiques qui la rendent « moins laide » ( !) (dixit l’artiste elle-même, dans « Joséphine vue par elle-même) (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/josephine-baker-chanteuse-et-icone-cosmetique-157/)... il y a toujours eu des cosmétiques pour mettre leur grain de folie dans la vie des femmes.

Celles-ci se tiennent prudemment en arrière et laissent les médecins, les apothicaires et les chimistes de tous poils mélanger les ingrédients entre eux, afin de mettre au point LE cosmétique et se contentent d’être de simples utilisatrices, voire parfois tout de même, instigatrices. C’est le cas de cette courtisane qui sème les mouches dans son décolleté pour attraper les rois entomologistes et qui recherche en permanence la crème qui estompera les rides que le temps creuse sur son épiderme (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/des-mouches-des-fards-du-parfum-voila-la-lecon-de-la-pompadour-en-matiere-cosmetique-398/). C’est le cas de cette reine au teint éblouissant mais qui aime tout de même les nuages de poudre et les fards rouges à appliquer au niveau des pommettes (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/journal-d-une-femme-de-chambre-ou-marie-antoinette-intime-340/). C’est le cas de ces fermières qui, à la fin du XIXe siècle, étalent sur leu peau, avec bonheur, la graisse mise au point par Adolphe Panchaud pour protéger le pis des vaches et qui vont transformer ce produit bien banal en un cosmétique dont, plus tard, on ne pourra plus se passer sur les plages à la mode (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-graisse-a-traire-hier-142/).

Celles-là se mettent résolument en avant, arrachant éprouvettes, mortiers et alambics des mains des hommes et enfilant une blouse afin de concocter elles-mêmes les cosmétiques les plus appropriés. C’est le cas de cette sage-femme qui se pique de galénique et qui concocte, pour ses accouchées, collyres, gargarismes, pommades contre les rides du ventre ou les « tétins » qui pendent, crèmes pour les mains, sticks pour les lèvres… (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/louise-bourgeois-avec-un-g-comme-gaiete-363/). C’est le cas de Maybel qui mélange charbon et vaseline pour se recréer une paire de sourcils et qui invente ainsi l’un des premiers mascaras modernes (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/le-mascara-entre-savon-et-emulsion-son-coeur-balance-124/). C’est le cas d’une petite jeune fille qui fuit un chagrin d’amour et quitte Cracovie pour l’Australie, les poches bourrées d’une crème-miracle… cette petite jeune fille deviendra plus tard la Grande Helena Rubinstein, papesse du domaine cosmétique et responsable d’un empire cosmétique (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-trilogie-de-la-creme-valaze-des-larmes-de-l-amour-et-de-la-publicite-312/). C’est le cas d’une jeune femme qui trouve décidément que peaux de raisin et peaux d’aloès peuvent très bien s’assembler dans un cosmétique pour faire les lèvres douces à celles qui lui feront confiance (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/french-kiss-de-caudalie-ou-l-art-d-accommoder-les-restes-503/).

Et oui… il y a toujours une femme, qu’elle soit fermière, courtisane, reine de France, vigneronne, sage-femme… cachée derrière un cosmétique ; il y a toujours des femmes qui se cachent derrière les cosmétiques…

Pour une vie de gloire à la tête d’un empire cosmétique ou pour une minute de gloire grâce à un maquillage réussi, les cosmétiques nous comblent toutes, à un moment ou à un autre de notre vie.

En ce 8 mars, Journée internationale de la femme, nous dédions ce Regard à toutes celles qui font vivre l’industrie cosmétique par leur inventivité au sein des nombreuses structures qui mettent au point, fabriquent ou contrôlent cette catégorie de produits de santé et à toutes celles qui font vivre l’industrie cosmétique par une soif jamais rassasiée de produits de beauté… A toutes, nous souhaitons une excellente journée !






Retour aux regards