Nos regards
Cosmétiques AR, tel est leur nom de code

> 05 février 2018

Cosmétiques AR, tel est leur nom de code Comme nous l’avons vu précédemment (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/la-rosacee-un-nom-plein-de-promesses-pour-une-affection-dermatologique-bien-desagreable-488/), la rosacée est une pathologie multiforme, pouvant se manifester discrètement par quelques rougeurs ou capillaires visibles au niveau du visage ou bien de façon très inesthétique par des papules, des pustules et une hypertrophie des tissus cutanés pouvant aller jusqu’à un rhinophyma, c’est-à-dire une déformation du nez qui peut alors prendre des proportions importantes.

Sensation de chaleur au niveau des zones atteintes, sensation de brûlures, inconfort cutané, tel est le lot des patients atteints de cette pathologie.

Un cosmétique n’étant pas un médicament, une grande prudence s’impose en matière de communication. Le cosmétique ne peut, en effet, ni prévenir, ni guérir la rosacée. Il constitue toutefois un soin de support à ne pas négliger.

Les laboratoires Bioderma ont développé une gamme de cosmétiques pour « peau avec rougeur et vaisseaux apparents » et jonglent brillamment avec les mots. Après avoir défini couperose–rosacée, quelques produits sont proposés. Le nom de code de cette gamme est « AR », pour Anti-Rougeurs. On peut également comprendre « acné rosacée » si l’on se réfère à tout ce que l’on a pu lire sur cette pathologie sur le site de la marque (http://www.bioderma.fr/fr/votre-peau/peau-avec-rougeurs-et-vaisseaux-apparents?gclid=EAIaIQobChMI_NS_jrTH1gIVTo0bCh0VvADvEAAYASAAEgJI6fD_BwE).

Mais… chut ! Le nom de cette pathologie ne pourra pas être évoquée à haute voix !

Pour l’hygiène, Bioderma conseille l’eau micellaire Créaline H2O AR. Des soins anti-rougeurs teintés ou non sont proposés pour diminuer les rougeurs et les masquer (dans le cas particulier des crèmes teintées). Un produit de protection solaire est également à disposition.

L’eau micellaire H2O AR est formulée à l’aide d’un tensioactif doux (PEG-6 caprylic/capric glycerides), ce qui est une bonne idée. Extrait d’aloès apaisant, extrait de concombre rafraîchissant (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/le-concombre-quel-est-son-interet-dans-le-domaine-cosmetique-295/), extrait de ginkgo biloba anti-radicalaire (Tao Wang, Caie Wu, Gongjian Fan, Tingting Li, Fuliang Cao, Ginkgo biloba extracts-loaded starch nano-spheres: Preparation, characterization, and in vitro release kinetics, International Journal of Biological Macromolecules, 2017), extrait de feuilles de Camellia sinensis astringent (Rui Fang, Sally P. Redfern, Don Kirkup, Elaine A. Porter, Monique S.J. Simmonds, Variation of theanine, phenolic, and methylxanthine compounds in 21 cultivars of Camellia sinensis harvested in different seasons, Food Chemistry, 220, 2017, 517-526) sont incorporés dans ce produit d’hygiène. On regrettera la présence de bromure de cétrimonium, un tensioactif cationique, utilisé pour ses propriétés antimicrobiennes. Cet ingrédient irritant, très à la mode dans le domaine des eaux micellaires, n’a rien à faire dans une formule destinée à une peau à problèmes (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/au-tour-des-eaux-micellaires-de-faire-leur-festival-314/).

En ce qui concerne les soins apaisants, quelques remarques s’imposent. Le soin anti-rougeurs Créaline AR est une émulsion qui renferme une quantité importante de paraffine liquide. Le caractère occlusif de cette matière première est regrettable dans le cas présent. Le choix de l’huile de colza, une huile propice au développement microbien n’est certainement pas non plus l’excipient idéal pour les peaux à problèmes (et en particulier dans le cas de la personne atteinte de rosacée). Extraits de réglisse, d’algue brune (laminaria ochroleuca extract) et allantoïne sont des actifs apaisants qu’il est tout à fait logique de retrouver dans ce type de produit. L’incorporation de colorants bleu et jaune (le résultat est une teinte verte) permet de masquer les rougeurs et, par là-même, d’obtenir un résultat immédiat. Celui-ci est cependant discret et ne pourra être spectaculaire que dans les cas de rougeurs très peu marquées !

Créaline fort soin apaisant associe ces trois actifs apaisants.

La BB crème et sa composition filtrante (octocrylene, titanium dioxide, butylmethoxydibenzoylmethane) a de quoi surprendre. On sait parfaitement qu’un certain nombre de filtres sont susceptibles de provoquer des phénomènes de sensibilisation (l’octocrylène n’est pas le dernier !) ; il est donc inutile de prendre ce risque chez les personnes atteintes de rosacée. En cas d’exposition solaire, une protection s’impose. Pour le quotidien, éliminons au maximum ces filtres qui « polluent » les formules cosmétiques ! Notons au passage que du chlorure de cétrimonium s’est glissé dans cette formule. Le choix des silicones est à saluer. Ces matières premières devront être privilégiées dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui.

La crème teintée nous convient déjà mieux, à quelques huiles végétales près.

En ce qui concerne le produit de protection solaire, là encore quelques réflexions s’imposent. Tout d’abord, en ce qui concerne le choix des filtres, il conviendra d’être très exigent, puisque la population ciblée est une population qui mérite un produit zéro défaut. Parmi les filtres choisis, l’octocrylène nous dérange un peu… et même beaucoup. Ce filtre est suspect d’allergies associées. On a, en effet, remarqué depuis quelques années que les patients développant une allergie au kétoprofène (un anti-inflammatoire non stéroïdien d’usage fréquent) était également sensible à ce filtre UVB. Mieux vaut donc éviter ce filtre dans ce cas bien précis. Dans un second point, nous ferons remarquer la présence d’extraits apaisants (réglisse, laminaire, ectoïne) qui, en masquant la rougeur du coup de soleil, créent un faux sentiment de sécurité chez la personne qui s’expose. Enfin, la présence de pigments, les oxydes de fer, si elle concoure à augmenter l’effet protecteur (en théorie), elle se traduit, en réalité, par une modification du geste de protection. L’on ne se maquille pas de la même façon que l’on se protège du soleil. Les produits de maquillage sont appliqués à des doses bien inférieures à celles préconisées dans le domaine de la photo-protection topique.
Pour toutes ces raisons, cette gamme AR est loin de nous convaincre. Elle est la preuve, une fois de plus, qu’il est extrêmement gênant de surfer sur la vague des cosmétiques–médicaments.

N’est pas agent 007 qui veut !

Eau micellaire H2O AR : Aqua, PEG-6 caprylic/capric glycerides, aloe barbadensis leaf extract, cucumis sativus fruit extract, frucrooligosaccharides, lecithin, ginkgo biloba leaf extract, camellia sinensis leaf extract, propylene glycol, disodium EDTA, cetrimonium bromide, sodium hydroxide, citric acid.

Soin anti-rougeurs Créaline AR : Aqua, paraffinum liquidum, glycerin, tridecyl trimellitate, glycol palmitate, caprylic/capric triglyceride, canola oil, triceteareth-4 phosphate, fructoologosaccharides, glycol stearate, PEG-2 stearate, propylene glycol, glycyrrhtinic acid, pentylene glycol, acrylates/C10-30 alkyl acrylate crosspolymer, 1,2-hexanediol, caprylyl glycol, disodium EDTA, xanthan gum, glycine soja germ extract, allantoin, laminaria ochroleuca extract, ginkgo biloba leaf extract, sodium hydroxide, camellia sinensis leaf extract, CI 42090, CI 19140, citric acid.

BB crème Créaline AR : Aqua, glycerin, cyclopentasiloxane, dimethicone, octocrylene, titanium dioxide, HDI/trimethylol hexylllactone crosspolymer, titanium dioxide [nano], dipropylene glycol, PEG-10 dimethicone, sorbitol, caprylic/capric triglyceride, butylmethoxydibenzoylmethane, cyclohexasiloxane, canola oil, silica, CI 77492, propylene glycol, dimethicone/vinyl dimethicone crosspolymer, disteardimonium hectorite, glycyrrhetinic acid, sodium chloride, pentylene glycol, CI 77491, dimethiocone/polyglycerin-3 crosspolymer, 1,2-hexanediol, caprylyl glycol, disodium EDTA, hydrogenated lecithin, glycine soja germ extract, propylene carbonate, CI 77499, laminaria ochroleuca extract, PVP, xanthan gum, ginkgo biloba leaf extract, sodium citrate, allantoin, cetrimonium chloride, sodium hydroxide, lecithin, camellia sinensis leaf extract, fructooligosaccharides, tocopherol, citric citric acid, parfum.

Créaline AR teintée : Aqua, glycerin, hydrogenated vegetable oil, titanium dioxide, isohexadecane, triceteareth-4 phosphate, caprylic/capric triglyceride, canola oil, glycol stearate, PEG-2 stearate, fructooligosaccharides, glycol palmitate, luminaria ochroleuca extract, ginkgo biloba leaf extract, glycyrrhetinic acid, glycine soja germ extract, allantoin, camellia sinensis leaf extract, propylene glycol, propylene glycol, pentylene glycol, 1,2-hexanediol, caprylyl glycol, acrylates/C10-30 alkyl acrylate, xanthan gum, sodium hydroxide, disodium EDTA, CI 77492, CI 77491, CI77499, parfum.

Créaline fort soin apaisant : Aqua, mineral oil, beeswax, propylene glycol, cetyl alcohol, glycyrrhetinic acid, glyceryl stearate, palmitic acid, stearic acid, sorbitan sesquioleate, tocopheryl acetate, fructooligosaccharides, laminaria ochroleuca extract, allantoin, sodium PCA, caprylyl glycol, caprylic/capric triglyceride, pentylene glycol, 1,2-hexanediol, carbomer, triethanolamine.

Photoderm AR SPF 50+ : Aqua, dicaprylyl carbonate, octocrylene, dipropylene glycol, methylene bis-benzotriazolyl tetramethylbutylphenol, butyl methoxydibenzoylmethane, cyclopentasiloxane, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, hydroxypropyl dimethicone behenate, potassium cetyl phosphate, glyceryl stearate, PEG-100 stearate, glycyrrhetinic acid, ginkgo biloba leaf extract, tocopheryl acetate, ectoin, fructooligosaccharides, laminaria ochroleuca extract, glycine soja germ extract, propylene glycol, decyl glucoside, silica, hydrogenated vegetable oil, ammonium acryloyldimethyltaurate/VP copolymer, xanthan gum, citric acid, trilinolein, trilinolenin, tripalmitin, caprylic/capric triglyceride, tristearin, CI 77492, CI 77491, CI77499, disodium EDTA, phenoxyethanol, chlorphenesin.






Retour aux regards