Nos regards
Conseil au sportif : comment doit-il se protéger du soleil ?

> 24 mai 2018

Conseil au sportif : comment doit-il se protéger du soleil ? Quel que soit le sport pratiqué (à partir du moment, bien sûr, où il se pratique en extérieur), quel que soit le niveau atteint (amateur ou professionnel), quel que soit l’âge (poussin ou athlète confirmé), le corps du sportif est soumis à rude épreuve.

Souvent mal informés, les sportifs jeunes ou moins jeunes se soucient peu de se protéger du rayonnement ultra-violet.

On donnera pour preuves les résultats d’une étude menée entre 2004 et 2012 par des médecins et des pharmaciens portugais qui se sont mobilisés auprès des enseignants de différentes écoles sur les dangers de l’exposition solaire. Cette formation est utile si l’on en croit les résultats obtenus. Entre 2004 et 2012, on constate qu’il y a eu une prise de conscience concernant les dangers liés à l’irradiation UV. Si la pratique du sport en extérieur est plus importante en 2012 qu’en 2004, elle se fait, toutefois, en dehors des heures les plus dangereuses. Le port d’un chapeau (progression de 5 % entre les deux dates), l’application d’un produit de protection solaire (progression de 20 % entre les deux dates), constituent les mesures préventives mises en œuvre (Duarte AF, Picoto A, Pereira ADC, Correia O, Sun protection in children: a behavioural study. Eur. J. Dermatol. 2018, doi: 10.1684/ejd.2018.3290). Comme on peut le constater, il reste des progrès à faire… Seule l’information peut faire évoluer les mentalités.

Quel que soit le pays, quel que soit le continent, le constat reste le même… le sportif est concentré sur le plaisir de jouer ou sur la performance à réaliser, le reste a peu d’importance à ses yeux. Une enquête américaine met ainsi le doigt sur le fait que de jeunes athlètes (80 % des athlètes interrogés) avouent développer des coups de soleil assez régulièrement, le nombre de coups de soleil variant de 1 à plus de 7 par an (Ashley Wysong, Hayes Gladstone, David Kim, Bharathi Lingala, Jean Y. Tang, Sunscreen use in NCAA collegiate athletes: Identifying targets for intervention and barriers to use, Preventive Medicine, 55, 5, 2012, 493-496).

L’application de produits de protection solaire régulièrement et en couche épaisse n’est pas une habitude pour le jeune sportif. Seulement un quart des sportifs américains interrogés entre 2012 et 2015 pensaient à se protéger des UV au moins 4 fois par semaine, en cas d’entraînement intensif quotidien. Ils sont plus de la moitié à souscrire à cette mesure de prudence, lorsque c’est leur coach qui les informe de la nécessité de se protéger du fait des risques encourus (Mina S. Ally, Susan M. Swetter, Kelsey E. Hirotsu, Justin Gordon, Kristin M. Nord, Promoting sunscreen use and sun-protective practices in NCAA athletes: Impact of SUNSPORT educational intervention for student-athletes, athletic trainers, and coaches, Journal of the American Academy of Dermatology, 78, 2, 2018, 289-292.e2).


Footballeurs, skieurs, joueurs de tennis… ou skippeurs… (Brice Loddé, Catherine Mahé, Laure Jacolot, Richard Pougnet, Ray Lucas, Skin Diseases Affecting High-Level Competition Sailors: Descriptive Study Carried Out During the 2012 AG2R Transatlantic Boat Race, Wilderness & Environmental Medicine, 27, 1, 2016, Pages 39-45), tous les sportifs sont concernés !

On insistera sur la nécessité de revêtir jean ou jogging, T-shirt, leggings, grandes chaussettes (et protège-tibias), casquettes… les vêtements constituant de fait des moyens de protection extrêmement performants qu’il faut privilégier au maximum.

Le footballeur, par exemple, arrivera sur le terrain en maillot, short, chaussettes montantes. Visage, bras et cuisses seront protégés au moyen de produit de protection efficace (Ghazi S., Couteau C., Coiffard L.J.M., How to guarantee adequate sun protection for a young sportsperson, JDDG, 6, 2011, 470–474).

Du point de vue de ses caractéristiques, la formule utilisée par le sportif doit être résistante à la sueur (donc à l’eau) du fait de la propension des sportifs à transpirer durant l’exercice physique (Rigel D., Ouyang H., Appa Y., Efficacy and substantivity evaluation of a sunscreen formulation for people conducting sporting activities in a high UV intensity locale, Journal of the American Academy of Dermatology, 62, 3, Suppl. 1, 2010, ab56). Attention à ne pas succomber à la tentation des produits présentés comme respectueux de l’environnement – produits exclusivement composés de minéraux et donc peu efficaces – (https://blog.surf-prevention.com/2017/03/26/impact-cremes-solaires-ocean/) ou au détournement de certains médicaments tels ces produits destinés à traiter l’érythème fessier reconverti en PPS (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/le-surfeur-doit-se-proteger-du-soleil-mais-pas-avec-n-importe-quoi-100/) (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/bepanthen-soleil-ne-pas-confondre-prevention-du-coup-de-soleil-et-prevention-de-l-erytheme-fessier-236/).

Un bon produit de protection solaire est un produit familial efficace qui convient aussi bien à l’enfant qu’à l’adulte.

Quel que soit l’âge du sportif, celui-ci doit apprendre à se déplacer avec son produit de protection solaire et sa bouteille d’eau… Une habitude qui doit devenir un réflexe !






Retour aux regards