Nos regards
Comme pour l’heure, il y a Bioderma d’été et Bioderma d’hiver…

> 23 novembre 2018

Comme pour l’heure, il y a Bioderma d’été et Bioderma d’hiver…

L’hydratation de la peau est une problématique récurrente. En effet, dans toutes sortes de situations, que l’on soit malade ou bien-portant, il est indispensable d’avoir recours quotidiennement à un produit hydratant.

Les causes de déshydratation de la peau ou xérose sont nombreuses. On peut citer quelques causes extrinsèques, au premier rang desquelles on trouve les agressions climatiques (exposition solaire et/ou à un vent sec et froid, à la chaleur sèche…), l’usage de cosmétiques desséchants donc inadaptés comme les savons, certaines pratiques comme les bains chauds… D’autres causes sont intrinsèques et liées à certains états pathologiques d’ordre dermatologique, comme l’atopie ou le psoriasis ou non, comme la maladie de Hodgkin, le SIDA, la lèpre, l’insuffisance thyroïdienne…1

Arrêtons-nous quelques instants sur les situations pathologiques qui nécessitent la prise en charge, en soin de support, par un produit hydratant.

Nous évoquerons, tout d’abord, le cas de l’insuffisant rénal. L’insuffisance rénale est cause de divers problèmes cutanés, qui altèrent la qualité de vie des patients. Le prurit est fréquemment rencontré et peut survenir à tout moment de la vie de l’insuffisant rénal chronique. Il peut être calmé par la mise en place de la dialyse ou, au contraire, s’intensifier lors de sa mise en œuvre. La sécheresse cutanée est souvent associée au prurit. Des troubles pigmentaires peuvent conférer un teint « terreux » au patient. Le recours à un produit hydratant permet, en principe, de limiter ce type de phénomène.1

Le patient atteint d’un cancer est également touché par le problème de la xérose et il conviendra de choisir, comme toujours, un produit dont la formule ne comporte pas d’ingrédients susceptibles d’engendrer des effets indésirables à type d’allergies, par exemple.

Chez la personne âgée, on constate une diminution de la masse hydrique corporelle. Au niveau cutané, la déshydratation est liée à une moins grande quantité de lipides au niveau de la couche cornée. Plus globalement, on sait que le taux de Natural Moisturizing Factor ou NMF – nom générique donné à un groupe de substances responsables d’un niveau d’hydratation satisfaisant, au niveau de la couche cornée – est en baisse constante, et ce par décade.1

Le principe de base de la formulation d’un « bon » produit hydratant repose sur l’association de substances anti-déshydratantes avec des ingrédients humectants et hydratants. Les substances qui vont s’opposer à une déshydratation excessive sont les substances occlusives et filmogènes dont beaucoup sont de nature lipophile, comme la paraffine liquide ou la vaseline, ainsi que les huiles végétales. Quelques-unes sont hydrophiles comme les macromolécules de la matrice extracellulaire du derme tel que l’acide hyaluronique. Parmi les humectants, nous citerons, bien évidemment, la glycérine. Enfin, sont connus pour leurs propriétés hydratantes, l’urée ((https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/l-uree-histoire-d-une-molecule-qui-a-plus-d-un-tour-dans-son-sac-744/), l’acide lactique et ses sels, des acides aminés comme la sérine, l’acide pyrrolidone-carboxylique et ses sels…2

On choisira donc une formule hydratante en fonction de la saison. Au printemps et en été, on se contentera de préparations « légères », alors que l’hiver, quand les besoins de la peau sont plus importants, on se tournera vers des préparations « riches » !

Dans la gamme des produits Créaline (Bioderma) on a le choix ! Dans la formule dite « légère », on retrouve de la glycérine, des émollients (caprylic/capric triglyceride). Dans la formule « riche », la glycérine fait place à la paraffine liquide. Dans les deux cas, acide glycrrhétinique et extrait de laminaire sont là pour un effet adoucissant.

Bibliographie

1 Coiffard L., Couteau C. Manuel de Socio-esthétique. Ed. Brind’jonc, Nantes, 2016
2 Couteau C., Coiffard L. La formulation cosmétique à l’usage des professionnels et des amateurs. Ed le Moniteur, Paris, 2014

Compositions

Créaline légère Bioderma : AQUA/WATER/EAU, GLYCERIN, CETEARYL ISONONANOATE, ISOHEXADECANE, GLYCOL PALMITATE, CAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE, TRICETEARETH-4 PHOSPHATE, FRUCTOOLIGOSACCHARIDES, Complexe breveté D.A.F, GLYCYRRHETINIC ACID, LAMINARIA OCHROLEUCA EXTRACT, GLYCOL STEARATE, PEG-2 STEARATE, PENTYLENE GLYCOL, ACRYLATES/C10-30 ALKYL ACRYLATE CROSSPOLYMER, 1,2-HEXANEDIOL, CAPRYLYL GLYCOL, DISODIUM EDTA, XANTHAN GUM, SODIUM HYDROXIDE

Créaline riche Bioderma : AQUA/WATER/EAU, PARAFFINUM LIQUIDUM/MINERAL OIL/HUILE MINERALE, GLYCERIN, TRIDECYL TRIMELLITATE, GLYCOL PALMITATE, CAPRYLIC/CAPRIC TRIGLYCERIDE, TRICETEARETH-4 PHOSPHATE, FRUCTOOLIGOSACCHARIDES, Complexe breveté D.A.F, PERSEA GRATISSIMA (AVOCADO) OIL UNSAPONIFIABLES, GLYCYRRHETINIC ACID, LAMINARIA OCHROLEUCA EXTRACT, GLYCOL STEARATE, PEG-2 STEARATE, ACRYLATES/ C10-30 ALKYL ACRYLATE CROSSPOLYMER, PENTYLENE GLYCOL, 1,2-HEXANEDIOL, CAPRYLYL GLYCOL, DISODIUM EDTA, XANTHAN GUM, SODIUM HYDROXIDE






Retour aux regards