Nos regards
Biotherm, efficace car, même s'il y a "bio" dans son nom, ce n'est pas un produit bio du tout !

> 08 juin 2017

Biotherm, efficace car, même s'il y a "bio" dans son nom, ce n'est pas un produit bio du tout ! 1961 : Biotherm « développe son premier soin solaire. Sa combinaison unique alliant protection et plaisir en fait un leader dans sa catégorie. » (http://www.biotherm.fr/landing?fdid=ourstory). Les publicités de l’époque mettent (encore !) l’accent sur le bronzage qui séduit de plus en plus de vacanciers. La crème Biotherm procure « un merveilleux bronzage rapide et durable ».

A cette époque, la formulation des PPS n’en est encore qu’à ses balbutiements. Les produits présents sur le marché n’affichent pas encore d’indice pour la bonne et simple raison que l’on tâtonne encore pour la mise au point de méthodes permettant leur détermination.

Les personnes qui affrontent le soleil, à cette époque, dans des conditions extrêmes le font à leurs risques et périls. C’est ce qui transparaît dans le récit fait par P. J. Horniblow lorsqu’il revient d’une expédition menée au nord-ouest du Cachemire, dans une région nommée Baltistan. Lorsque l’on doit affronter des sommets comme ceux du Karakoram, il est bon de glisser dans son sac à dos un certain nombre de produits indispensables. Fort de son expérience, Horniblow souhaite donner des conseils aux insensés qui voudraient se risquer à sa suite. Nez, gorges, oreilles, dents… tout doit être inspecté scrupuleusement avant le départ afin d’éviter de futures déconvenues. Au chapitre des coups de soleil, premier constat : plus on grimpe, plus on est exposé aux radiations UV. Le visage est fouetté, en permanence, par le vent. Oreilles, nez, lèvres sont les points vulnérables. Inutile de se faire faire une beauté avant de partir : cheveux longs et barbe protégeront, respectivement, le sommet de la tête, la nuque et les joues. L’application généreuse (le terme « lavishly » est employé dans le récit pour traduire les efforts réalisés pour se protéger !) de crèmes du commerce à visée protectrice n’est pas suffisante pour éviter la desquamation de la peau. Les coups de soleil constituent la principale source d’inconfort en montagne. Le mieux est encore de se protéger le visage à l’aide d’un voile fait-maison attaché comme on peut au niveau des lunettes de soleil ! (P.J Horniblow, Mountaineers and medicine, The Lancet, 275, 7128, 1960, Pages 817-819).

On l’aura compris l’année 1960 n’est pas encore l’année de la crème solaire !
2017 : la formulation des PPS est un domaine désormais bien codifié. En associant les « bons » filtres et en évitant certains ingrédients (alcool, extraits de plantes…), on met toutes les chances de son côté pour mettre sur le marché un produit efficace et sûr d’emploi.

C’est ce que fait Biotherm avec sa Crème solaire dry touch SPF 50.

Des filtres UVB (homosalate, ethylhexyl salicylate, ethylhexyl triazone, octocrylene), un filtre UVA (butyl methoxydibenzoylmethane), des filtres à spectre large (bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, drometrizole trisiloxane, terephtalydene dicamphor sulfonic acid, titanium dioxide) sont associés afin d’assurer un très haut niveau de protection.

Pas d’ingrédients indésirables, si l’on excepte les allergènes apportés par le parfum. Encore un tout petit effort et la formule sera parfaite.

Côté efficacité, c’est un « sans faute ». Le SPF et le Facteur de protection UVA déterminés par nos soins au Laboratoire de Pharmacie industrielle et Cosmétologie sont respectivement de 50 et de 26.

Crème solaire dry touch SPF 50 Biotherm : aqua, homosalate, ethylhexyl salicylate, silica, styrene/acrylates copolymer, ethylhexyl triazone, bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine, drometrizole trisiloxane, butyl methoxydibenzoylmethane, aluminum starch octenysuccinate, octocrylene, C12-15 alkyl benzoate, pentylene glycol, glycerin, potassium cetyl phosphate, dimethicone, perlite, terephtalydene dicamphor sulfonic acid, titanium dioxide [nano], triethanolamine, phenoxyethanol, stearyl alcohol, isopropyl lauroyl sarcosinate, PEG-8 laurate, caprylyl glycol, inulin lauryl carbamate, acrylates/C10-30 alkyl acrylate crosspolymer, limonene, tocopherol, xanthan gum, disodium EDTA, aluminum hydroxide, stearic acid, linalool, citronellol, citral, benzyl alcohol, parfum.

Un nouveau merci à Mme Eva Paparis pour avoir testé ce produit au laboratoire.

... et merci à Eugénie pour avoir prêté son bras pour le tracé de ce soleil qui a l’air fort satisfait !






Retour aux regards