Nos regards
Anagenèse d’Orlane ou la rigueur pharmaceutique !

> 17 mai 2018

Anagenèse d’Orlane ou la rigueur pharmaceutique ! La marque Orlane est une marque qui ne manque pas de toupet. C’est en 1968, alors même que les étudiants rêvent d’un monde nouveau où l’argent ne primerait plus, que cette société audacieuse lance sur le marché son bombardier anti-âge B21, proclamé haut et fort, produit de beauté le plus cher du monde (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/sous-les-paves-la-plage-sous-le-bouchon-le-fric-212/). On peut, bien évidemment, faire aussi bien à un coût plus modique… Nous l’avons montré bien souvent, que ce soit dans le domaine de la lutte contre les effets du vieillissement (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/pour-contrer-le-bombardier-orlane-b21-nous-proposons-deux-missiles-de-pointe-611/) (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/dormez-sur-vos-deux-oreilles-on-vous-conseille-une-creme-de-nuit-a-prix-abordable-541/) ou dans celui de l’hydratation.

Les pharmaciennes que nous sommes ne résistent pas au plaisir de détailler la formule du sérum Anagenèse – supradose collagène, de la belle maison Orlane. Le conditionnement secondaire est séduisant, avec ses lettres argentées (l’argent, toujours l’argent !) ou d'un beau bleu profond… On n'a alors qu’une envie : plonger délibérément dans le monde du luxe ! En ouvrant ce premier conditionnement, on aperçoit un petit flacon, muni d’un compte-gouttes… Ce type de conditionnement assez atypique dans le domaine cosmétique nous renvoie à celui de la pharmacie… Chez les « apothicaires », le compte-gouttes est bien connu tant du patient, que du professionnel de santé. C’est à la goutte près que ce soin doit être dosé. « Ce concentré d’actif pur, dosé avec une rigueur pharmaceutique pour une efficacité maximale, délivre 1,8 mg d’actif pour chaque goutte ». Sachant qu’une goutte du sérum Anagenèse pèse environ 44 mg, on en déduit que l’on dépose sur la peau 4 % d’actifs. Ces actifs sont au nombre de trois. Il y a bien sûr le collagène, l’agent tenseur par excellence. C’est cet ingrédient qui est en quantité majoritaire (du point de vue des actifs !). On trouve également un produit de fermentation de la racine de radis et l’hexapeptide-9, un peptide susceptible de promouvoir la synthèse du collagène (https://www.creative-peptides.com/product/hexapeptide-item-cpc1614-150.html), si l’on en croit les fournisseurs d’ingrédients. Restent 96 % d’excipient (c’est-à-dire d’ingrédients dénués d’activité cosmétique).

Les sérums sont à notre goût des concentrés en diluant (https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/les-serums-que-d-eau-que-d-eau-95/ ; https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/nos-regards/mineral-89-vichy-le-serum-concentre-en-diluant-378/)...

Mais, comme nous sommes pharmaciennes et que nous savons l’impact du psychisme sur les fonctions biologiques, nous avons envie de nous laisser séduire par cette « supra-dose » qui ne manquera d’avoir des « supra-effets ». Après tout, il n’est pas interdit de vendre du rêve, lorsque l’on ne porte pas atteinte à la santé du consommateur !

Ingrédients : Aqua (water), glycerin, pentylene glycol, soluble collagen, phenoxyethanol, butylene glycol, glyceryl polyacrylate, leuconostoc/radish/root ferment filtrate, hexapeptide-9.






Retour aux regards